Archives mensuelles : janvier 2015

Quelques études librement consultables

Trouvées sur HAL archives ouverte.fr, ces quelques études :

Trouvées aussi deux autres études de Laurent Rollet :

La curieuse page de Wikiquote consacrée à l’affaire Dreyfus…

921px-Wikiquote-logo-big-frLa page de Wikiquote sur l’Affaire donnait jusqu’il y a deux minutes, outre deux citations de Charles Péguy, quatre citations dans la rubrique divers :

  • deux extraites de L’Histoire de l’Action française de Lazare de Gérin-Ricard et de Louis Truc,
  • une d’Isidore Bertrand tirée de son La Franc-maçonnerie Cette alliance des fils de la Veuve avec la synagogue et les disciples de Calvin peut être considérée comme un commencement de preuve à l’appui de notre thèse. Si les membres de cette Triplice ne formaient pas une seule et même famille, sous trois noms différents, auraient-ils soutenu avec une ardeur égale la cause de Dreyfus et travaillé comme ils l’ont fait à la désorganisation de nos forces nationales ? »
  • et une dernière – allons savoir pourquoi… – de l’agent de comiques Alain Soral : « Quant à l’inutile débat sur l’innocence ou la culpabilité du petit capitaine-alibi, il fallait forcément que Dreyfus fût innocent pour qu’il y ait « affaire »; puisque si Dreyfus avait été juif et coupable, le monde n’en aurait pas plus entendu parler que s’il avait été innocent, mais breton »…

Nous avons donc ajouté trois pour contrebalancer cette étonnante sélection : de Cornély, Lazare et Sébastien Faure. Voir ici.

La correspondance croisée Pierre Louÿs-Georges Louis enfin éditée

pierre-louysChez Champion, au prix de 95 euros. Annotée par Gordon Millan qui avait donné en 1979 la première biographie de l’auteur d’Aphrodite, elle nous permet, dit l’argumentaire que nous reproduisons ici : « de suivre un dialogue passionnant entre un écrivain qui vivait au cœur des cercles littéraires et artistiques de Paris et un grand fonctionnaire de l’État qui occupa au Caire, à Paris et enfin à Saint-Pétersbourg les postes diplomatiques les plus importants de son époque. Témoignage sur une exceptionnelle relation affective, ces lettres nous fournissent d’intéressants commentaires sur les amitiés littéraires et artistiques de Louÿs avec Mallarmé, Heredia, Régnier, Gide, Valéry, Debussy, Oscar Wilde, pour ne citer qu’eux. Pour leur part, les lettres de Georges Louis, subtilement nuancées, pleines de conseils et d’encouragements et, le cas échéant, de critiques parfois brutales, donnent à cet échange épistolaire une importante dimension historique et politique. Les grands événements de la fin du XIXe siècle défilent devant nos yeux avec de savoureux commentaires souvent très informés: le scandale de Panama, le procès d’Oscar Wilde, l’affaire Dreyfus, Fachoda, la crise marocaine, la crise des Balkans et la catastrophique Première Guerre mondiale. » Compte rendu à venir…