Archives mensuelles : janvier 2019

Les Juifs dans le récit national français : une présence en pointillés ? Des nouvelles de l’affaire Dreyfus

Sur France Culture, dans La Fabrique de l’histoire, le 10 janvier 2019 :

Des nouvelles de l’affaire Dreyfus, un documentaire d’Anaïs Kien et Séverine Cassar

Continuer la lecture

Georges Clemenceau et la culture : d’une bibliothèque à l’autre

Clemenceau et la Culture : d’une bibliothèque à l’autre

vendredi 18 janvier 2019
14h00-18h00
Cet après-midi d’étude montre Georges Clemenceau sous un jour nouveau. Chef de guerre, « Père la Victoire », il fut aussi un homme de culture, grand ami des arts et des intellectuels de son temps..
Dans le cadre de l’Année Clemenceau, avec le soutien de la Mission du Centenaire et le concours scientifique de Jean-Noël Jeanneney et de Jacqueline Sanson.

  Continuer la lecture

Dreyfus face à l’accusation en 1894 : un ensemble de documents exceptionnels

Nous publions ici un ensemble de documents tout à fait exceptionnels, essentiels et absolument inédits – dont juste quelques extraits avaient été publiés dans mon Histoire de l’affaire Dreyfus de 1894 à nos jours –, ensemble exhumé d’un des nombreux fonds oubliés conservés aux Archives nationales : le fonds Demange (AN 387 AP). Parmi de très nombreux papiers d’un intérêt tout relatif, se trouve, dans le dossier 11, cet ensemble de notes rédigées par le capitaine Dreyfus entre le 12 décembre 1894 et le 11 janvier 1895 à l’attention de son avocat : 103 pages et 9 lettres (dont 2 étaient connues ou en partie connues) – 8 à Demange et 1 à un ami. Des notes, on va le lire, qui sont essentiellement constituées des réflexions du capitaine dans le but de préparer sa défense non seulement dans l’optique du procès mais aussi, après la condamnation, sur la manière de mener l’enquête pour permettre de faire éclater la vérité. On y voit Dreyfus essayer de comprendre ce qu’est ce bordereau et d’où il peut venir, analyser d’une manière serrée les dépositions des témoins de l’instruction, le rapport de d’Ormescheville (l’acte d’accusation de 1894), ouvrir des pistes à creuser pour contrer l’accusation et, après avoir été condamné, donner des directives sur la manière d’agir. Un nouveau document qui, en complément aux Carnets et à la biographie de Vincent Duclert, montre bien combien Dreyfus fut « à la hauteur » de son affaire et ne fut pas cette « marionnette de zinc » que certains voulurent voir en lui et surtout, au moment où se manifeste à nouveau la thèse de la culpabilité de Dreyfus, une nouvelle preuve de son innocence et du scandale absolu que furent l’instruction menée contre lui, son procès et sa dégradation.

Philippe Oriol

Continuer la lecture