Une notice pour le moins étonnante

Trouvée sur le très populaire – et par ailleurs très pratique et souvent excellent – Geneanet, cette notice signée « Pierfit » à propos de « Georges Picquart, le Capitaine » (???)

Proche de Clémenceau qui réunissait dans le salon de sa belle nièce un cercle favorable au capitaine Dreyfus avec Élie Zola [sic], c’est lui qui disculpe Dreyfus en accusant Esterazy [resic].
Pour cela il fabrique le « petit bleu » [ouh la], une lettre de l’attaché militaire allemand sensée avoir été postée à Esterhazy et oblige [allons donc !] deux de ses subordonnés à attester qu’il s’agit de son écriture. il se fait communiquer le dossier de condamnation de Dreyfus, y découvre que des pièces ont été communiquées au Tribunal militaire sans l’être aussi à la défense et en informe le Mathieu Dreyfus [bigre] qui le publie dans la presse britannique [waouh !] et s’en servira d’argument pour demander la révision et la cassation du jugement.
Il sera condamné [ah ?] pour faux, violation du secret militaire et subornation de témoins, mais bénéficiera d’une loi d’amnistie votée par les Radicaux [oh…].
Les dreyfusards en firent un héros, à l’instar d’Octave Mirbeau qui écrit dans la préface d’Hommage des artistes à Picquart (février 1899) : « Comme on avait condamné Dreyfus, coupable d’être innocent, il savait qu’on condamnerait Picquart, doublement coupable d’une double innocence : celle de Dreyfus et la sienne. »

  • Engagé volontaire entré le 17 novembre 1872 à E.S.M. Saint-Cyr (promotion du Shah 1872-74) où il est caporal le 30 août 1872.
  • Professeur de topographie à l’école supérieure de guerre du 18 mars 1890 au 13 décembre 1893.
  • Le 26 février 1898 alors qu’il est lieutenant-colonel, il est mis en réforme par mesure disciplinaire.
  • Réintégré dans les cadres de l’armée par la loi du 13 juillet 1906 et promu général de brigade pour prendre rang le 10 juillet 1903 (son temps de réforme lui sera compté comme temps d’activité)

Campagnes : Tonkin du 20 octobre 1885 au 5 mai 1888, Algérie du 29 décembre 1896 au 13 janvier 1897, Tunisie du 14 janvier 1897 au 15 novembre 1897 puis en inspection du 2 au 7 janvier 1907
Il fut un ami de Gustav Mahler

Bon sang !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.