Archives par étiquette : J’Accuse de Polanski

Le J’accuse de Polanski, adaptation du D de Robert Harris. Compte rendu

« Il me faut des défis, sinon je me fais chier », déclarait Polanski en 2013 aux Inrockuptibles. Ce J’accuse est un de ces défis et sans doute un des plus grands. Et le réalisateur l’a, cinématographiquement parlant, parfaitement relevé en livrant une œuvre remarquablement interprétée (avec tout particulièrement un Grégory Gadebois impressionnant dans le rôle d’Henry), superbement réalisée, d’une réelle beauté formelle et que distingue une reconstitution du Paris de 1894-1899 époustouflante et quelques moments d’une incroyable tension dramatique. Ce J’accuse est au final une parfaite adaptation cinématographique d’An Officer and a Spy de Robert Harris, publié en français sous le titre de D. Comme lui, il repose sur un parti pris original, celui de ne pas voir l’Affaire sous son aspect politique  – à l’exception toutefois de ces scènes de déferlement antisémite après la publication du « J’Accuse…! » qui pourraient donner l’impression que la France eut en 1898 sa « nuit de cristal » – mais de s’en tenir, à travers la vision quasi-subjective de Picquart, à la manière dont l’ancien chef de la Section de statistique découvrit le crime contre Dreyfus et comment, ainsi que le dit l’argument, « au péril de sa carrière puis de sa vie, il n’aura de cesse d’identifier les vrais coupables et de réhabiliter Alfred Dreyfus ». Ainsi s’explique, et se justifie pleinement, la disparition de pratiquement tous les acteurs de l’Affaire et une quasi-unité de lieu focalisée sur les bureaux de l’État-major et les (principales) instructions et procès au cours desquels Picquart fut entendu.

Continuer la lecture

J’accuse de Polanski : le dossier pédagogique

 

Voici le dossier pédagogique que vient de mettre à disposition des enseignants la Gaumont.

Dossier_pedagogique_Jaccuse

Belle mise en page, belles illustrations, exercices et sujets intéressants et stimulants… Il s’y trouve toutefois un grand nombre d’erreurs et d’approximations dont nous corrigeons ici les plus problématiques pour aider les collègues qui voudraient l’utiliser :

Continuer la lecture

Bande annonce

Les trailers (31/08/2019)

Le J’Accuse de Roman Polanski, présenté en avant première à la Mostra de Venise, est annoncé pour sortir sur les écrans le 13 novembre. Nous en connaissons la fable puisqu’il est une adaptation du D. de Robert Harris : l’Affaire vue sous l’angle de Picquart, « personnage  fascinant et complexe », dit Polanski à Pascal Bruckner dans une interview que publie le dossier de presse. Antisémite mais « pas un antisémite actif [qui] n’aime pas les Juifs plus par tradition que croyance ». Un thriller et juste un thriller mais dont le réalisateur, dans la même interview, garantit l’authenticité des événements clés et de bon nombre des dialogues, « extraits des sténographies contemporaines ». Et, au passage, d’en donner un, entre Picquart et Henry, qui eût été en effet « mémorable » s’il avait existé… Nous rendrons bien sûr compte de ce J’Accuse dès sa sortie. Voici, en attendant, deux trailers :

Continuer la lecture

Compte rendu du D. (An Officer and a Spy) de Robert Harris

Harris_DreyfusDans une critique qu’il fait du roman de Robert Harris, Gilles Heuré ouvre son papier en demandant que « les historiens ne s’en offusquent pas » mais qu’ « il est bien naturel que l’affaire Dreyfus, tombée dans le domaine public de l’histoire et déjà évoquée en leur temps par Roger Martin du Gard, Proust ou Octave Mirbeau, puisse faire aujourd’hui l’objet d’un roman. » Nous ne nous en offusquons pas mais avons en effet quelque méfiance de principe et d’autant plus que le projet de ce nouveau D. dû à Robert Harris n’est pas d’utiliser l’Affaire comme toile de fond mais de faire de l’Affaire un roman, autrement dit de nous donner à lire LE roman de l’Affaire Dreyfus. Inévitable donc, comme pour les adaptations cinématographiques, que l’événement soit simplifié, que certains acteurs soient oubliés quand d’autres trouvent une importance qu’ils n’ont jamais eue et que la dimension psychologique qui supporte la trame narrative trace des portraits qui ne sont pas toujours conformes. Le roman obéit à des règles que l’histoire ne connaît pas… En une note liminaire, l’auteur nous prévient d’ailleurs des libertés qu’il a pu prendre avec l’histoire. Et sur cette base, il nous livre en effet un roman passionnant, facile et agréable à lire, bien mené et haletant. Et de plus, relativement au sujet qui est le sien et à travers les pièces qu’il cite régulièrement, un roman bien documenté. Mais cela importe-t-il puisqu’il s’agit d’un roman ? Nous sommes là dans toute l’ambivalence qui est celle de cet objet tout à fait particulier et peu identifié. Il est un roman et peut donc faire ce qu’il veut de l’histoire réelle qui en est à l’origine tout en étant la narration d’un fait historique, documenté, fondé en partie sur un travail archivistique, et reposant sur la trame, les épisodes et les caractères de l’événement qui en est son sujet et dont l’auteur nous garantit d’ailleurs, en son liminaire, la « réalité » et le caractère « véridique ». « L’affaire Dreyfus comme vous ne l’avez jamais lue », nous dit l’argument marketing de la couverture. Roman d’histoire plus que roman historique donc ? Et dans ce cas – et je ne peux m’empêcher de penser au lecteur peu familier qui lira ici moins un roman d’Harris (tout en le lisant parce qu’il est un roman d’Harris) qu’un roman sur l’Affaire – D. demeure tout à fait problématique.

Continuer la lecture