Archives par étiquette : Adrien Abauzit

Adrien Abauzit et sa Nouvelle réplique au camp dreyfusard sur radio Athéna

6’04. Un tome 3. Nous avons hâte.

6’22. « Historiens dreyfusards ». Adrien, il faudrait se concentrer. Un historien qui travaille sur l’affaire Dreyfus ne peut être dreyfusard parce qu’il est historien. Quant aux dreyfusards, il n’y en a plus depuis longtemps…

6’38. L’arme des historiens dreyfusards/républicains/académiques : « l’invisibilisation ». Pas à la SIHAD dont un des objectifs, aux termes de l’article 2 de ses statuts, est : « Cette association, à vocation scientifique, se veut animée par un esprit de vigilance à l’égard de la vérité historique. »

6’44. « Nous nous sommes introduits dans un univers auquel nous n’étions pas conviés ». Non Adrien, la SIHAD a fait le choix de vous introduire uniquement en vertu de l’article 2 de ses statuts. Elle vous a « introduit » comme elle a introduit vos prédécesseurs (voir le blog de la SIHAD).

7’20. « Mes contradicteurs on fait une réplique à ma réplique………. » Une réplique à laquelle il n’a pas cru devoir répondre parce que sa première réplique « se suffit à elle-même ». On la trouvera ici : (https://affaire-dreyfus.com/discussions/dossier-consacre-laffaire-dreyfus-entre-farces-et-grosses-ficelles-dadrien-abauzit/replique-au-historiens-dreyfusards-dadrien-abauzit-auteur-de-laffaire-dreyfus-entre-farces-et-grosses-ficelles-et-reponse-a-sa-reponse/)… Quant à savoir si elle se suffit à elle-même, qu’on lise…

7’54. Les échanges d’Adrien Abauzit ont renforcé l’autorité de son premier livre… Parce qu’en parlant avec lui la SIHAD le crédibilise… La SIHAD n’a pas parlé avec Adrien Abauzit, elle a fait une critique de son livre comme elle le fait pour TOUS les livres qui sont publiés sur l’Affaire et la période (https://affaire-dreyfus.com/les-livres/)

8’12. Syllogisme Abauzitien : Adrien Abauzit ne débat pas avec les gens qui ne sont pas crédibles, la SIHAD a débattu avec lui, donc Adrien Abauzit est crédible… C’est pauvre… Et une nouvelle fois, il n’y a pas débat mais critique d’un livre publié…

8’41. Métaphore abauzitienne : des « steacks qui tombent à l’eau » ?

8’43 « à deux reprises mes contradicteurs reconnaissent que j’ai raison ». Nous ne savons pas à quoi Adrien Abauzit fait allusion et sans doute allons-nous le savoir. Mais si c’était le cas ce ne serait pas un problème. Un historien digne de ce nom est en mesure, dans la controverse, de reconnaître que son « adversaire » a raison quand il a raison.

 9’03 « Je les mets échecs et mat »… Il ne suffit pas, Adrien Abauzit, de dire que les choses sont pour qu’elles soient. Avez-vous réellement lu les deux réponses en question qui vous mettent en totale PLS ? Ces deux réponses comme celles faites (sur ce mode) aux différentes émissions auxquelles vous avez participé montrent surtout que vous connaissez vraiment mal votre sujet…. Le sujet sur lequel vous prétendez apporter la vérité…

9’11… La variation……. Mais de quoi parlez-vous, Adrien ? Quelle variation, quelle obligation de changement de version, sans preuve, sans document ? Sans doute en reparlerez-vous (nous commentons au fur et à mesure de l’écoute)… On verra…

11’03… Son erreur sur le pourcentage d’officier israélites dans l’armée… C’est vrai. La SIHAD la lui a signalée, Adrien Abauzit a corrigé mais pour se tromper une nouvelle fois. Reprenons la dernière réplique de la SIHAD :

P. 33-35. Où nous expliquons à Adrien Abauzit que nous ne lui avons aucunement reproché de refuser de considérer que l’armée était antisémite… pas de réels « nouveaux éléments de réponse » d’Adrien Abauzit si ce n’est une petite modification remarquable. Nous avions corrigé une première fois (dans la critique de son premier ; voir ici) ce qu’avait écrit Adrien Abauzit au sujet du nombre d’officiers juifs dans l’armée. Il avait corrigé dans cette réplique pour se tromper une nouvelle fois : il ne s’agissait pas de 600 officiers, comme il l’écrivait, mais de 300. Lui ayant signalé dans notre réponse, Adrien Abauzit corrige à nouveau dans cette dernière version mais ne veut pas de notre chiffre, indiscutable. 300, ce n’est vraiment pas assez ! Il corrige donc son « 600 » en « plusieurs centaines » ! Et on ne peut lui en faire le reproche : 3, c’est « plusieurs », c’est indiscutable…

11’24. L’erreur à propos de Marcel Thomas. Peu importe qu’Adrien Abauzit ait reconnu et reconnaisse encore son erreur. En revanche les accusations insupportables à son sujet demeurent. Et il ne s’agit pas tant d’une erreur que le la totale méconnaissance du sujet d’Adrien Abauzit. Reprenons la première réplique de la SIHAD :

Comment Adrien Abauzit a-t-il pu écrire dans son livre que Marcel Thomas « ne daigne pas nous expliquer comment il a pu trouver une pièce qui a échappé à Picquart, à Targe, aux magistrats de la Cour de cassation, et j’en passe » (p. 179) quand Marcel Thomas donne en note la cote de localisation de l’original (p. 217 et 558 de l’édition de 1961) ? Que penser de cela ? Comment Adrien Abauzit a-t-il pu écrire qu’il n’a « vu d’allusion à ce document mystérieux sous aucune plume dreyfusarde ou antidreyfusarde » quand Dutrait-Crozon et Reinach (et de nombreux auteurs après eux) en parlent. Reinach renvoie d’ailleurs à une procédure (et plus particulièrement à une déposition de Lauth) dans laquelle il en est question, prouvant que contrairement encore à ce qu’écrit péremptoirement Adrien Abauzit, dreyfusards et antidreyfusards en firent mention dans les débats judiciaires ? Du fait, même, si Adrien Abauzit a lu les procédures, comme il ne cesse de le répéter et nous le redit encore ici (« l’essentiel de mes notes en bas de page provient non d’auteurs dreyfusards ou antidreyfusards, mais des enquêtes et débats judiciaires »), et nous voulons dire s’il les a lues sérieusement, comment a-t-il pu passer à côté de ce long passage de la déposition de Picquart devant le Cour de cassation à l’occasion de la première révision ?
[ici une longue citation du document en question]
Nous avons ici une parfaite illustration de ce que, historiens, nous pouvons reprocher et nous reprochons à un livre d’histoire comme celui que signe Adrien Abauzit : il n’a pas vu la référence du document donnée par Marcel Thomas en note et laisse entendre qu’il aurait pu l’inventer ; il n’a pas lu le passage de Reinach qui en parle et affirme qu’aucun auteur n’en a parlé ; il n’a pas lu le passage de la déposition de Picquart qui en parle et affirme qu’il n’en fut jamais question dans les procédures.

11’33. Marcel Thomas « a codifié la vulgate de l’affaire Dreyfus ». Que dire ? Non, il a écrit sur la question le premier travail d’historien digne de ce nom.

11’40. [Souffrain] « Je démontre ». Non Adrien Abauzit, vous ne démontrez rien. Vous reprenez, sans le travail nécessaire sur les archives, les très discutables ouvrages de Dutrait-Crozon et de Monique Delcroix…

12’03. Les reproches que ferait la SIHAD à Adrien Abauzit sur le fait qu’il ne serait pas historien. La SIHAD n’a jamais reproché à Adrien Abauzit de ne pas être historien mais de ne rien savoir de la méthode historique qui est la garantie d’un travail digne de ce nom ; de ne pas avoir travailler sur les archives ; de n’avoir travaillé que sur une infime partie du corpus et d’avoir laissé de côté tout ce qui n’allait pas dans le sens de la thèse à défendre ; et, sur cette infime partie, d’avoir mal travaillé.

12’20. L’argument Jean-Denis Bredin. La SIHAD, fondée en 1995, n’a en effet pas rendu compte du livre de JD Bredin paru 10 ans plus tôt. Et elle se fiche que JDB et Adrien Abauzit soient avocats parce qu’elle n’a jamais fait ce reproche au second. Quant au livre de Bredin, c’est un très bon essai historique et littéraire. Ce n’est pas un livre d’histoire.

13’10. Les contradicteurs historiens d’Adrien Abauzit ne sont pas juristes. Et l’Affaire est une affaire de Droit. Soit… L’argument est faible, pauvre (un événement qui est du passé entre par cela même dans l’Histoire) et reviendrait à dire qu’on ne peut donc travailler sur l’armée sans être militaire, sur la culture du blé en Ouzbékistan sans être agriculteur ou ouzbek ou sur les crimes sans être un assassin…

13’10 suite… Le problème c’est que les historiens qui travaillent sérieusement sur un sujet en épuisent tous les aspects ce qu’Adrien Abauzit ne fait ni quand il parle d’histoire ni quand il parle de Droit qui est pourtant sa spécialité à l’en croire. Et puisqu’il reprend son exemple de l’article (« JE CROIS », dit-il) 445 (ça c’est une perle absolue, maître), je recopie ce que dit la SIHAD dans sa dernière réponse :

Malheureux historiens qui ignorent ce que sait l’avocat, à savoir que l’article 111-4 du code pénal affirme que « la loi pénale est d’interprétation stricte ». C’est vrai… seulement c’est oublier l’interprétation téléologique qui permet au juge, quand le texte n’est pas clair, de rechercher l’intention du législateur, d’extraire l’esprit du texte – la fameuse ratio legis – et d’y subordonner sa lettre. Manque de clarté, donc, ou absurdité de l’interprétation littérale. Et c’est justement le cas dans lequel nous nous trouvons avec ce fameux 445, dans le cadre précis qu’est celui de l’Affaire. Expliquons un peu. L’article 445 dit que « Si l’annulation de l’arrêt à l’égard d’un condamné vivant ne laisse rien subsister qui puisse être qualifié de crime ou délit, aucun renvoi ne sera prononcé », autrement dit, si Dreyfus est vivant, et qu’il n’y a pas crime, c’est-à-dire pas trahison, le renvoi devant un nouveau conseil de guerre ne sera pas prononcé. Mais il y a bien trahison. Donc, dans l’absolu, la Cour de cassation ne peut juger au fond, c’est-à-dire casser sans renvoi… Dreyfus est vivant, le crime existe, il y a donc à juger et il doit donc y avoir renvoi… Seulement, le cas qui est le nôtre ici est absurde et ouvre donc la porte à cette recherche de la ratio legis et par conséquent à l’interprétation téléologique. Absurde en effet – s’il est encore nécessaire de l’expliquer – parce les nouveaux juges militaires appelés à se prononcer sur le cas Dreyfus n’auraient pu que, soit entériner purement et simplement l’arrêt rendu par la Cour de cassation qui disait Dreyfus innocent, soit, en ne le suivant pas, condamner un homme dont l’innocence avait été solennellement prononcée par la juridiction suprême. Il est clair, comme l’écrit Baudouin dans son réquisitoire, qu’en « disposant qu’il n’y a pas lieu à renvoi, s’il ne subsiste rien qui puisse être qualifié crime ou délit, le législateur n’a pas entendu se placer à un point de vue abstrait. Il a eu évidemment en vue, comme le texte l’indique, le condamné en faveur de qui la condamnation est ordonnée ». Voilà précisément ce qu’est une interprétation téléologique. N’eût-il pas en effet été absurde de voir Dreyfus jugé pour un crime qu’il n’avait pas commis simplement parce que le crime existait ? Qu’eût été en effet un tel procès où il n’y aurait plus rien à juger sinon le crime ? Voilà donc une bien drôle de manière de discuter en ne donnant qu’une partie de l’information et en l’assurant par la simple affirmation d’une expertise qui, au final, semble plus que discutable.

14’53. Les pièces « bidons » prises pas les historiens « dreyfusards » pour des pièces « importantes ». Le petit bleu. 17’04. Duclert dit que c’est une lettre-télégramme… Adrien Abauzit conteste… Bah non… C’est indiscutablement une lettre-télégramme. C’est même marqué dessus : https://i0.wp.com/affaire-dreyfus.com/wp-content/uploads/2018/11/petit-bleu.jpg?resize=700%2C992&ssl=1… Adrien…

18’. L’argumentation sur le petit bleu. Nous renvoyons aux réponses de la SIHAD sur la question qui montrent la faiblesse de l’argumentation d’Adrien Abauzit et, pour ceux qui les liront, la manière ahurissante qui est la sienne d’en parler ici..

18’13. La lettre Macron… Que dire ? Nous renvoyons aux réponses de la SIHAD qui entrent, sans jouer à des jeux de récré, dans la complexité du dossier. Si quand même… Il faut entendre ici un mot sur cette question. La bibliographie de l’affaire Dreyfus compte des milliers de livres et d’articles qui à quelques rares exceptions considèrent ce petit bleu comme un document probant. Et il aura fallu attendre Adrien Abauzit, 120 ans après l’événement, pour penser cet argument frappant ? Parce qu’en effet, un document non signé, non écrit par le scripteur qui en est donné comme l’auteur et non envoyé par la poste ne peut avoir aucun caractère d’authenticité. Dis comme ça oui. Mais Adrien Abauzit joue ici à l’idiot qui fait l’imbécile en ne retenant, comme il le fait tout le temps, que ce qui sert son propos et oublie de donner la totalité des informations. Le document a été trouvé dans la poubelle de l’attaché militaire allemand, écrit pour être envoyé et finalement jeté, normal donc qu’il ne fût pas posté ; il parle de relations d’espionnage, normal qu’il fût signé d’un nom (une lettre ici, en l’occurrence (« C » d’ailleurs et non « R » comme le dit Adrien Abauzit qui ne connaît guère son dossier) de code… L’écriture elle pose question : un secrétaire ? on ne sait pas… Mais demeure que le document vient de la corbeille de l’attaché militaire, déchiré en menus morceaux, qu’il n’a pas été adressé, et qu’il est du coup évident qu’il est l’œuvre de quelqu’un de l’ambassade….

21’09 voir 13’10…

22’10/23’42… La photo de la plaque Bertillon… Mais avant une parenthèse sur « la France que nous aimons », celle de l’affaire Dreyfus et des couvertures du Petit Journal… Celle de 1898-1899… Quelle France ? Celle des manifestations antisémites de janvier-février 1898 ? Celle de la constitution d’un Groupe antisémite à la Chambre ? Ou au contraire celle de la fondation de la Ligue des droits de l’Homme ? Celle du gouvernement de Défense républicaine ? Celle de l’arrestation des meneurs nationalistes et du procès de la Haute Cour ? Celle de l’amnistie ? Celle du vote de la loi de Séparation des églises et de l’État ?

22’10/23’42… La photo de la plaque Bertillon… Bertillon « autorité suprême » avec notre ami Alain Pagès à la rescousse par une citation qu’il faudrait donner plus largement pour en comprendre l’esprit… Bertillon a été ridiculisé parce qu’il était ridicule et il suffit de voir son schéma explicatif du bordereau (le « Redan ») pour s’interroger sur la solidité de son travail… On le trouve ici :
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/14/Diagramme_Bertillon_Dreyfus.jpg
Pour le reste, nous renvoyons aux passages sur le sujet de nos réponses à Adrien Abauzit et aux quelques livres sérieux sur l’Affaire. Et le fait qu’il ait un nom de rue ne prouve pas grand-chose… Que de mauvais poètes en ont une, que de politiques suspects… Et Alfred Dreyfus a les siennes, ainsi que Picquart, Bernard Lazare, etc… Trois hommes que vous considérez, Adrien, comme un traître, son complice et leur employé, tous trois au service de l’Allemagne… Quand allons-nous commencer à être sérieux ?

27’40. Le refus de Bertillon « d’abjurer ». Cette histoire existe en effet et n’a été défendue que par Henriette Dardenne, fille de Cavaignac, et auteur partisane qui a tenté sans grand succès de démontrer la culpabilité de Dreyfus… Une simple assertion qui ne saurait, maître, être une preuve… Un peu comme l’histoire des pieds carrés de Messi (que nous ne comprenons pas bien)…

27’50. Nos méthodes… à nous « historiens dreyfusards »… La violation du principe du contradictoire, autrement la transmission illégale d’un dossier secret… « On se sait pas comment les dreyfusards [en] ont été au courant… » Si la SIHAD l’a dit à Adrien Abauzit qui aurait pu trouver l’information toute seul puisqu’elle est dans les souvenirs de Mathieu, dans les correspondances qu’Adrien Abauzit n’a pas vues et dans les procédures qu’il dit avoir lues et qu’il a lues rapidement (voir 11’24). Mais apparemment, il s’agit de « sophismes »… Demange, l’avocat de Dreyfus, l’avait appris par quatre sources : Develle, Salles, Gibert et Reitlinger.

28’45. Les souvenirs de Mathieu et ses séances avec la voyante Léonie. C’est facile… Citons la dernière réplique de la SIHAD…

Prenons donc cette histoire Léonie. Dans notre réponse, nous tentions – parce que nous sommes opiniâtres – d’expliquer une simple chose à Adrien Abauzit : Léonie a eu une vision puisque Mathieu le raconte, comme il raconte tout dans son livre – la fausse évasion, etc. –, et que vraiment, si cela n’avait pas eu lieu, il n’aurait pas eu grand intérêt à la raconter. Nous ne disions pas autre chose et écrivons clairement que cette histoire de vision est « ahurissant[e] ». De quel droit, et sur quelle base, aurions-nous pu dire que Mathieu mentait ? Nous ne croyons définitivement pas aux visions mais nous n’avons aucune raison de douter de ce que dit Mathieu. Maintenant, écrire ça ne veut pas dire que nous y attachions une quelconque importance et c’est ce qui explique d’ailleurs que Bertrand Joly (qui soit dit en passant écrit une histoire politique de l’affaire, pas une histoire de l’affaire) et Vincent Duclert aient laissé de côté cet épisode dont l’intérêt est pour le moins relatif. Ce que nous disions à Adrien Abauzit, c’est que ce ne sont pas les séances de spiritisme qui permirent à Mathieu Dreyfus d’avoir cette certitude de l’illégalité mais les confidences de quelques-uns que sont Develle, Reitlinger, etc. Adrien Abauzit cite Mathieu qui dit bien qu’il n’insista pas quand Léonie lui fit part de sa vision et qu’il comprit quelques jours plus tard quand Gibert lui fit part de sa conversation avec Félix Faure.
[…] Adrien Abauzit en conclut donc : « Au bout du compte, retenons qu’“après un siècle de recherches, après des milliers d’articles, des centaines de livres, de dizaines de colloques”, personne ne sait comment Mathieu Dreyfus a été mis au courant de la violation du principe du contradictoire au procès de 1894, et par ce fait, de l’existence, du dossier secret. » Mais si, Adrien Abauzit, on le sait, nous vous l’avons expliqué et vous le reprenez p. 83 et le développez en citant Bertrand Joly p. 84. Pensez-vous que vos lecteurs auront oublié d’une page à l’autre ?

31’52 « Croyez-vous en la vision de Léonie ? ». Reprenons la réplique de la SIHAD :

Ayant le sentiment de nous asséner le coup de grâce, Adrien Abauzit modestement triomphe : « Mes contradicteurs, je l’admets volontiers en tant que non-historien, sont bien mieux informés que moi en matière de « suggestion mentale», de « transmission de pensée», ou de possibilité de « voir à distance », dès lors, je crois reconnaître ne pas avoir les armes pour leur répondre sur ce terrain. » Un véritable coup de grâce… Nous nous étions refusés jusqu’alors de faire même une allusion, trouvant l’argument trop facile, à ce qui va suivre… Mais celui qui écrit la phrase qu’on vient de lire est le même que celui qui, dans son premier (p. 347), affirme hautement qu’il « ne crain[t] pas d’écrire que de sa main, [en 1917] la Vierge a repoussé l’envahisseur » et – la démonstration de la réalité du fait n’est pas évidente – qu’il « faut bien croire que les Français de l’époque, ayant vécu ces événements, ont bien assisté à cette intervention de la Vierge, puisque le 9 juin 1924, la commune de Barcy a élevé un petit monument, sur lequel repose une statue de Marie. »

32’12. « Je n’ai lu dans aucun livre dreyfusard, dans aucun, […] ». Il fallait lire plus Adrien : Bredin en parle et Oriol, Histoire de l’affaire Dreyfus de 1894 à nos jours, Paris, Les Belles Lettres, 2014, p. 204-205. Mais un livre qui compte 1489 pages doit être « trop » pour Adrien Abauzit…

32’49. « Mes contradicteurs me disent que je mens ». Non, ils disent qu’Adrien Abauzit ne donne, à son habitude, qu’une partie des infos et « oublie » les épisodes Develle, Salles, Gibert et Reitlinger.

33’. Citation de la SIHAD : « Assurément… Léonie a eu une « vision »… C’est ahurissant mais c’est ainsi puisque Mathieu le raconte ». Conclusion d’Adrien Abauzit sur « l’incapacité de la part des historiens dreyfusards [sic] à faire preuve de recul face à une bouffonnerie ». Reprenons le 28’45.

Dans notre réponse, nous tentions – parce que nous sommes opiniâtres – d’expliquer une simple chose à Adrien Abauzit : Léonie a eu une vision puisque Mathieu le raconte, comme il raconte tout dans son livre – la fausse évasion, etc. –, et que vraiment, si cela n’avait pas eu lieu, il n’aurait pas eu grand intérêt à la raconter. Nous ne disions pas autre chose et écrivons clairement que cette histoire de vision est « ahurissant[e] ». De quel droit, et sur quelle base, aurions-nous pu dire que Mathieu mentait ? Nous ne croyons définitivement pas aux visions mais nous n’avons aucune raison de douter de ce que dit Mathieu.

… surtout quand il raconte une chose aussi ahurissante à laquelle, ainsi qu’il le dit, il n’ attacha pas d’importance. Et la chose nous intéresse parce qu’elle n’indique qu’une chose : que Mathieu, cartésien, était bien désespéré pour entrer dans de telles expériences…

33’. Suite. Notons d’ailleurs, à propos de la voyante Léonie, que nombreux sont les savants du temps – qui tous ont des plaques de rue – qui firent avec elle des expériences… Pierre Janet pour n’en citer qu’un… Voir : https://www.cairn.info/des-savants-face-a-l-occulte–9782707136169-page-125.htm

33’50. « Mes contradicteurs, si sérieux n’est-ce pas, valident n’importe quoi tant que ça va dans leur sens. » Les contradicteurs ne valident rien… Ils disent juste que ces expériences ont eu lieu puisqu’elles sont racontées, qu’elles n’eurent aucune incidence, et qu’il n’est pas très honnête de ne conserver que cette anecdote quand l’histoire de la révélation de l’illégalité eut une autre origine qu’Adrien Abauzit passe sous silence. Et entendre cela de celui qui soutient dans son livre que la main de la Vierge repoussa l’offensive allemande laisse rêveur…

34’41. La nullité de Picquart au procès Zola et les arguments de la SIHAD à ce propos. Cette question a fit l’objet d’un livre entier qu’Adrien Abauzit n’a pas lu… Impossible donc de faire ici une réponse synthétique. Il suffit de lire le livre en question : Le faux ami du capitaine Dreyfus. Picquart, l’Affaire et ses mythes, Paris, Grasset, 2019.

37’26. La dictée. Trop long ici encore. On peut se reporter à

https://affaire-dreyfus.com/discussions/dossier-consacre-laffaire-dreyfus-entre-farces-et-grosses-ficelles-dadrien-abauzit/replique-au-historiens-dreyfusards-dadrien-abauzit-auteur-de-laffaire-dreyfus-entre-farces-et-grosses-ficelles-et-reponse-a-sa-reponse/

et surtout à

https://affaire-dreyfus.com/discussions/dossier-consacre-laffaire-dreyfus-entre-farces-et-grosses-ficelles-dadrien-abauzit/laffaire-dreyfus-nouvelle-replique-au-camp-dreyfusard-par-adrien-abauzit/

41’10. La reconnaissance par la SIHAD du fait qu’Adrien Abauzit a raison au sujet de la « pièce du télémètre ». LOL, comme dirait Adrien Abauzit. De l’art de bricoler les éléments d’un dossier… La chose serait toujours trop longue ici et a déjà été faite.. Voir les deux liens du commentaire précédent…

44’44. « Le délai de deux jours n’a pas d’équivalent ». Personne ne peut affirmer cela, Adrien Abauzit, parce que nous n’avons POUR AUCUNE PIECE de date exacte et fiable de récupération dans la poubelle de l’ambassade d’Allemagne (et par d’Italie, en passant)…

50’. La permission d’Henry, preuve irréfutable… L’argument Lauth… La façon de faire pose question. La SIHAD n’a pas donné, en variation, le nom de Lauth pour s’en sortir… « ah bah ouais non finalement ce n’était pas Henry c’était le commandant Lauth […]. Y a aucune pièce, y a aucune preuve, y a aucun indice… » Présenter les faits de cette manière est une falsification. La SIHAD a écrit : « Déjà, rien ne nous dit que Lauth n’ait pas pu exceptionnellement remplacer Henry pour aller soulager la Bastian de sa récolte… mais à vrai dire la question importe peu. » !!!!!!!!

50’. La permission d’Henry, preuve irréfutable… suite. Cette preuve n’en est pas une. Voir : https://affaire-dreyfus.com/discussions/dossier-consacre-laffaire-dreyfus-entre-farces-et-grosses-ficelles-dadrien-abauzit/laffaire-dreyfus-nouvelle-replique-au-camp-dreyfusard-par-adrien-abauzit/

52’20. La censure de Cuignet… Une fable : voir le lien précédent…

59’44. Amusant Adrien de lire le passage de Chéradame qui parle de complot international après avoir juste dénoncé (prouvant d’ailleurs que vous n’avez pas compris grand-chose à ce qu’est l’histoire) le « complotisme dreyfusard ». Comment dit-on dans la France que nous aimons ? LOL ?

Et d’ailleurs « puissance mystérieuse », « puissance occulte », vous avez compris que Chéradame parle des Juifs ici ?

L’Affaire Dreyfus. Nouvelle réplique au camp dreyfusard par Adrien Abauzit

Adrien Abauzit vient de rééditer l’exploit : écrire sur l’Affaire sur la base d’un corpus minimal dont il ne retient que ce qui « colle » avec sa « thèse », dont il oublie, avec une constance obstinée, ce qui viendrait la contredire et propose au final des interprétations forcées qui feront plaisir à ses lecteurs habituels, ceux qui veulent, parce qu’il le faut, que Dreyfus soit coupable.

Continuer la lecture

Adrien Abauzit sur Temporium Radio

Cette excellente radio recevait le 20 Adrien Abauzit. Comme toujours, nous rectifions les erreurs, approximations, inventions de l’auteur de L’Affaire Dreyfus, entre vérités et grosses ficelles.

6’50. « Vous avez repris l’intégralité des procès de cette affaire ». Non ! Adrien Abauzit n’a travaillé sur aucune des procédures non publiées et conservées dans divers centres d’archives : il ignore l’instruction Pellieux, l’ instruction Ravary, les deux instructions Tavernier, l’instruction contre de Pellieux ; et encore les procès connexes : le procès Henry-Reinach, le procès Rochefort Valcarlos, le procès des ligues, le procès en Haute-Cour, le procès Grégori. Il n’a pas travaillé sur les ouvrages parus depuis le Bredin et n’a rien vu de la presse de l’époque ou des sources archivistiques pourtant essentielles à la connaissance de l’Affaire.

8’46. L’ouvrage de Bredin… Un des plus récents… Le Bredin est un un essai historique et littéraire plus qu’un livre d’historien date de 1983 ! Il y a 35 ans… Il a paru tellement de livres depuis, et tellement fondamentaux…

10’51. Le « procès Zola dans lequel on voit […] Picquart […] extrêmement en difficulté et en qualité d’avocat je trouve sa défense lamentable. Si malgré le fait qu’il soit si bien entouré, il n’a que ça à se mettre sous la dent, c’est qu’il y a un problème ». Non. Si Adrien Abauzit avait travaillé sur les sources, avait mieux lu les procédures (tout est dit dans la seconde enquête de la Cour de cassation) ou avait lu quelques livres parus depuis le Bredin, il aurait découvert que Picquart ne se défendit pas au procès Zola parce qu’on lui avait fait miroiter, s’il se conduisait bien, un retour en grâce. Et il y crut…

11’58. « Il y a eu un procès Esterhazy en janvier 1898 si ma mémoire ne me fait pas défaut » !!! Comment un auteur qui fait un livre en grande partie sur Esterhazy peut-il ne pas être sûr de la date du procès du personnage en question ?

12’45 Arrêt de 1906 violation du droit. Non. La rédaction de l’article 445 ne ferme absolument pas la porte à une cassation sans renvoi.

17’40. Bastian ne faisait pas sa livraison tous les jours, un mois après avoir récupéré les documents le plus souvent dit l’interviewer. Et Adrien Abauzit de répondre que « ça dépend », « c’est variable ». Non. Elle livrait plusieurs fois par semaine (donc quelques jours après) et la chose est importante parce qu’elle écroule un argument d’Adrien Abauzit à propos d’une pièce.

18’36. Le bordereau indiquait la présence d’une taupe à l’État-major. Non. Ça c’est la thèse de l’accusation (et d’Adrien Abauzit) que rien ne prouve. Le bordereau indiquait qu’il y avait une taupe dans l’armée ! La différence est essentielle…

19’30. L’influence de l’espionne madame Bodson. Il s’agit là d’une pure invention. Si la relation de Dreyfus avec Bodson est avérée, il ne fut jamais dit, par personne et pas non plus par l’accusation, qu’elle fut une espionne. Rien, nulle part, dans aucun document, dans aucune archive, n’évoque de relations d’espionnage de la Bodson.

19’50 Amorçage qui expliquerait le verdict de Rennes à 10 ans. Quelle preuve de cet amorçage ? Aucune. Et si Dreyfus avait « amorcé », n’aurait-il pas dit pour se disculper ce qu’il avait livré, quand, comment ? Et soutenir que le verdict de Rennes pourrait s’expliquer ainsi est une affirmation gratuite qui relève de l’astrologie.

21’. Attention attirée sur Dreyfus parce qu’il fallait passer par tous les bureaux pour avoir les documents du bordereau et que Dreyfus, stagiaire, est passé par ces bureaux. De plus Dreyfus était artilleur et le bordereau ne pouvait avoir été écrit que par un artilleur. Telle est la thèse de l’accusation que nous savons aujourd’hui fausse. Le bordereau contient des approximations de vocabulaire qu’un artilleur n’aurait pu commettre, la phrase sur le manuel de tir prouve (si on veut bien faire attention au texte) que son scripteur n’était pas à l’État-major et les notes fournies par le bordereau auraient pu être par exemple récoltée au camp de Châlons… Où Esterhazy était en 1894.

22’30. La question de l’antisémitisme aux débuts de l’Affaire. L’Affaire n’est pas une machination contre le juif Dreyfus mais la nécessité pour un ministre en péril d’agir vite pour préserver son portefeuille, nous en sommes tous d’accord. Cela dit, il est impossible d’écarter que l’antisémitisme avéré de Fabre et de d’Aboville, que celui de Bertin-Mourot (qui souffla le nom de Dreyfus à d’Aboville) n’ait pas joué.

23’21. « Il faut distinguer la question de l’antisémitisme dans le cadre du contradictoire et des débats judiciaires ; quelle est son importance concrètement dans les faits et après il y a son utilisation à l’extérieur de l’affaire »… Entre le 15 octobre et la fin du mois, l’antisémitisme ne joue pas à l’extérieur puisque l’arrestation de Dreyfus est tenue secrète. Cela dit, si Adrien Abauzit avait lu attentivement le Procès de Rennes qui est une de ses sources, il aurait appris que Mercier envoya d’Aboville, juste avant le transfert de Dreyfus au Cherche-Midi, pour demander au directeur de bien garder le secret de l’arrestation et le mettre « en défiance contre les démarches que tenterait la “haute juiverie” ». De plus, quand, aux derniers jours d’octobre, l’information de la découverte d’un traître fut livrée à la presse, elle le fut par deux hommes de l’État-major, et le fut à un seul journal : l’antisémite La Libre Parole… L’État-major et nul autre que lui fit de l’affaire du capitaine Dreyfus, et ce dès le début, une affaire ou la question juive comme on disait à l’époque avait à y voir.

23’47. L’expert Gobert « pourrait être pour, il pourrait être contre ; il ne se mouille pas trop ». Gobert ne se montra pas le moins du monde dubitatif. Il écrit dans son rapport : « La lettre anonyme incriminée pourrait être d’une personne autre que celle soupçonnée » et expliquera plus tard : « [Je] dis au général Gonse qu’il y avait lieu de prendre des précautions infinies, que le bordereau ne m’apparaissait pas du tout comme étant de la main de Dreyfus. J’engageai le général Gonse à une très grande circonspection. Je le priai de faire faire des recherches. » Et son rapport fut écarté (une étude entachée « sinon de nullité, au moins de suspicion » dit l’acte d’accusation de 1894) au motif qu’il avait cherché à savoir qui était la personne soupçonnée. En fait, il n’avait rien cherché à savoir mais Du Paty, qui lui avait transmis le dossier, avait laissé à l’intérieur le nom du suspect. Cela dit, en quoi le fait d’avoir cette information rendait son étude irrecevable sinon parce qu’elle n’allait pas dans le sens souhaité ?

26’88. La dictée. Dreyfus « modifie son écriture ». Non, aucunement, et il suffit d’aller voir le document pour en être sûr : https://wp.me/p4v5fs-23J et : https://wp.me/p4v5fs-2aH

27’26. La dictée. L’histoire des 5° degrés. Il faisait froid et d’autant plus froid qu’un grand feu, dont parle Dreyfus et que confirme Gribelin à Rennes, brûlait dans la cheminée. Il était donc imaginable d’avoir froid aux doigts.

30’13. « Pendant ses interrogatoires, Dreyfus va avoir un discours qui entre en totale contradiction avec sa défense ultérieure. » C’est absolument faux… Sa défense demeura la même : celle d’un homme qui criait son innocence et ne varia en rien dans ses explications. Il fut imprécis au début certainement, comme peut l’être un innocent accusé d’un crime dont ne lui parla pas pendant longtemps. Sur des questions précises sur des questions qu’il ne comprenait pas, il tentait de répondre imaginant ce qu’on lui reprochait et ce à quoi pouvait correspondre ce qu’on lui demandait. Dans des notes qu’Adrien Abauzit aurait pu trouver s’il avait travaillé dans les centres d’archives (des notes inédites écrites en 1894 avant le procès et que nous allons publier ici même dans quelques jours), Dreyfus écrit :

Dans les 17 jours qui suivirent, je subis plusieurs interrogatoires, dans ma chambre, à la prison, par l’officier de police judiciaire, Mr le commt du Paty de Clam. il venait vers le soir, avec son greffier, la haine dans les yeux, l’injure sur les lèvres, quand mon cerveau torturé n’en pouvait plus. ah, tout ce que j’ai entendu dans ces jours tristes et sombres ! Mon cœur tressaille encore. Je ne savais pas la moitié du temps ce que je répondais ; on me disait toujours, vous êtes perdu, il n’y a que la Providence pour vous tirer de là. Alors dans mon cerveau brûlé par la fièvre, j’ai inventé roman sur roman pour expliquer une énigme que je ne pouvais pas déchiffrer, pauvre naïf que j’étais. Je demandais toujours quelles étaient les preuves de l’accusation ; mais on refusait toujours de me les montrer. est-ce qu’à un criminel, on ne commence pas par lui montrer l’instrument de son crime, pour lui demander s’il le reconnaît ? – L’instrument du soi-disant crime, c’était comme je l’appris plus tard une lettre ! Pourquoi ne me l’a-t-on pas montrée ? L’officier judiciaire et son greffier me firent dire tout ce qu’ils voulaient ; je n’avais plus conscience de moi-même. Je ne croyais pas non plus qu’il fallût me défendre contre une accusation pareille. Un soir, comme je demandais qu’on me dise enfin de quoi il s’agissait, le greffier me répondit : « Votre situation la voici : supposez qu’on trouve votre montre dans une poche où elle n’aurait pas dû être. » L’officier de police judiciaire acquiesça du geste. Alors je compris que des documents à moi avaient été volés. Aussitôt voilà mon imagination en campagne […]. Personne ne peut se douter de ce que cela est que de se trouver, innocent, dans une sombre prison, en tête à tête avec son cerveau, et accusé du crime le plus épouvantable qu’un soldat puisse commettre. Et puis toujours, comme un spectre, cet horrible commt du Paty qui venait comme un fou, haineux et terrible me disant : « Vous êtes perdu, rien ne peut vous sauver. » Je rageais d’indignation et de douleur. Un soir, comme je disais au commt : « Comment pouvez-vous croire que moi, alsacien, auquel les allemands refusent tous les passeports, je puisse être un traître. » C’était pour mieux cacher mon jeu, me répondit-il. Un autre soir, l’officier de police judiciaire me dit : « On est sur les traces de vos complices, des arrestations sont imminentes, suivant le cas vous passerez devant la juridiction civile ou militaire. » Je devenais littéralement fou, je me voyais enfermé dans une trame inextricable. Un autre soir encore, l’officier de police judiciaire me dit : « Votre arrestation est secrète et cependant elle est connue dans toutes les officines allemandes ; celles-ci tremblent, elles vous brûlent en ce moment. » La nuit qui suivit fut la plus épouvantable de toutes. Je faillis me suicider, j’eus des heures d’égarement. Au milieu de la nuit, dans un moment de fièvre, je pris mes draps et me préparai à me pendre aux barreaux de ma fenêtre. Mais ma conscience veillait, elle me dit : « si tu meurs, tout le monde te croira coupable ; il faut que tu vives, quoi qu’il arrive, pour crier au monde que tu es innocent. » Jamais homme au monde ne souffrit comme moi. Mon cerveau était constamment brûlé par la fièvre. Le médecin dut me prescrire des bains de pied [illisible] ; il me donna également du sirop de morphine pour pouvoir au moins dormir quelques heures. Un jour, ma souffrance devant l’attitude haineuse de l’officier de police judiciaire fut telle que je lui dis, je crois : « Écoutez, déclarez que je suis innocent et je me tue ; j’en ai assez de la vie. » un soir, comme je lui criais encore que j’étais innocent, car c’était le seul mot que je pusse encore articuler, il me répondit : « L’abbé Bruneau a bien dit aussi qu’il était innocent et il est mort sur l’échafaud. » Enfin le 15e jour après mon arrestation, on me montra la photographie de la pièce accusatrice : c’était une lettre qu’on m’imputait. Cette lettre je ne l’ai pas écrite et les experts qui déclarent que c’est mon écriture se trompent. Si on m’avait montré dès le premier jour la pièce accusatrice j’aurais compris et j’aurais pu répondre victorieusement. Mais on me montrait des bouts de papier, des bouts de mots, on me posait des phrases ambiguës a double entente ; on faisait divaguer mon cerveau.

32’00. Les aveux. « Les contradicteurs dreyfusards diront que c’est faux ». ça l’est en effet et nous l’avons maintes fois montré dans nos travaux. La meilleure preuve du mensonge en étant d’ailleurs le faux que commettra Gonse, comme je l’ai montré dans mon Histoire de l’affaire Dreyfus de 1894 à nos jours. Mais ce qui est étonnant, c’est le changement de cap d’Adrien Abauzit. Il défend ici les aveux et écrit dans son livre : « « Dreyfus, condamné pour ce qui est perçu comme étant à l’époque le pire des crimes, doit probablement se sentir couvert de honte et terriblement isolé. Les paroles qu’il adresse à Lebrun-Renault [sic pour Lebrun Renaud] sont, je pense, le signe d’un homme, objet d’une vindicte universelle, à la recherche d’un minimum d’empathie. » (p. 85). Dommage, nous préférions cette version. Mais il semble en fait que cette phrase veuille dire autre chose : « un cri du cœur » dit-il ici. Maintenant que nous dit que Lebrun Renaud, comme le montrera Jaurès dans ses Preuves, a bien entendu ce qu’il dit avoir entendu ?… et invoquer le témoignage de d’Attel (qui était d’ailleurs capitaine et non commandant) n’a pas de valeur. Il aurait fallu qu’Adrien Abauzit nous dise que Lebrun Renaud a entendu : « Le ministre sait que je suis innocent, il me l’a fait dire par le Comdt du Paty de Clam, dans ma prison, il y a quelques jours, et il sait que si j’ai livré des documents, ce sont des documents sans importance et que c’était pour en obtenir de plus sérieux des allemands » (drôles d’aveux qui accompagnent une protestation d’innocence) ; et que d’Attel, lui, se souviendra de : « Pour ce que j’ai livré, cela n’en valait pas la peine. Si on m’avait laissé faire, j’aurais eu davantage en échange ». Comment deux témoins ont-ils pu, au même moment, entendre des propos si différents ? Si Adrien Abauzit avait mieux travaillé, il aurait même pu en trouver d’autres des témoignages… qui tous donnent une déclaration encore différente.

35’18. La date du bordereau. « on a rattaché dans l’acte d’accusation en réalité des documents qui existaient mais qui n’étaient pas ceux vraiment visés ». Mis à part le fait que cette phrase n’a aucun sens, les documents de 1894 demeurèrent à charge contre Dreyfus jusqu’à Rennes et le sont encore dans le livre d’Adrien Abauzit. Le problème n’était pas là. L’accusation avait daté le bordereau d’avril pour qu’il collât avec les dates que l’accusation imaginait alors être celles de quelques-uns des documents. Au procès de 1894, Dreyfus avait fait remarquer que si le bordereau avait été écrit à cette date, il n’aurait pu – s’il l’avait toutefois écrit – annoncer quelque information datant de juillet telle que celle relative aux formations nouvelles d’artillerie. Du Paty avait alors tenté l’hypothèse selon laquelle le bordereau pourrait dater d’août et qu’ainsi « le partir en manœuvres » concernait bien les manœuvres d’automne où Dreyfus, jusqu’au « dernier moment », avait cru devoir aller. C’était pure improvisation de la part de Du Paty puisqu’existait une note officielle du 18 mai, signée du général Gonse, prévenant les stagiaires qu’ils n’iraient pas aux manœuvres. Dreyfus avait demandé que cette note fût versée aux débats. On ne le voulut pas et on était passé à autre chose… La date d’avril-mai avait été maintenue contre Du Paty et il avait été expliqué que la fameuse phrase ne qualifiait aucunement les manœuvres mais bien le voyage d’état-major auquel avait participé Dreyfus en juillet. Mais pourquoi avoir parlé de manœuvres dans le bordereau, dans ce cas ? Sérieusement, le commissaire du gouvernement expliquera dans son réquisitoire que Dreyfus n’avait pas écrit, comme il l’aurait dû, « “Je pars en voyage d’état-major”, car c’eût été signer la lettre-missive ».

37’33. La lettre Davignon. Adrien Abauzit ne se souvient plus si Panizzardi a écrit à Schwartkoppen ou le contraire. Est-ce sérieux ? Et si l’ami dont il est question ici est Dreyfus pourquoi est-il devenu une « canaille » dans une autre lettre quasi-contemporaine et sur laquelle Adrien Abauzit, qui nous révèle ce que fut la véritable affaire, se souvient assez imprécisément ? Est-ce sérieux cela encore ?

40’05. Le « D » de ce « canaille de D » est en effet l’initiale d’un pseudonyme. Que Mathieu ne le sût pas est évident et qu’il cherchât un officier dont le nom commence par « D » quand il apprit l’existence de cette pièce, est logique. Pour Picquart en revanche la chose est différente. Il fit en effet une enquête sur d’Orval (dont l’initiale du nom est « o ») mais il n’en fit jamais sur Donin de Rosière. Cette affirmation, avérée selon Adrien Abauzit, est un mensonge de l’état-major contre lequel s’éleva toujours Picquart et qui semble attesté par le fait qu’autant le dossier de l’enquête d’Orval est toujours dans les archives de la Section de statistique, autant celui sur Donin n’a jamais existé (ce qui est certifié à l’époque par l’accusation elle-même) ! Adrien Abauzit affirme une nouvelle fois quelque chose dont il ignore tout.

42’48. Le « funeste » (dans doute parce que créateur de la LDH) Trarieux et sa loi. Adrien Abauzit laisse entendre que la réforme de l’article 445 aurait été votée dans le but d’aider à la révision de Dreyfus. En 1895, Trarieux est loin, très loin d’être dreyfusard. Affirmation anachronique.

43’40. Léonie (one more time). Cela fait 10 fois qui nous lui faisons la réponse (il devrait vraiment nous lire). Il est inexact, grossier, peu honnête, de dire que Mathieu appris l’illégalité en passant par les services d’une voyante. Il le fit en effet, Léonie lui dit à ce sujet une phrase énigmatique qu’il ne comprit pas et comprit plus tard quand d’autres (Develle, Salles) lui apprirent ce qui s’était passé dans la salle des délibérations en 1894.
Gibert. Comment fut-il convaincu ? Comme beaucoup. Un traître alsacien, militaire, riche et qui ne cesse de clamer son innocence peut aider certains à développer ce genre de conviction. Consulter le dossier n’a rien à y voir. Beaucoup se mobilisèrent pour Sacco et Vanzetti, pour les Rosenberg, pour Ranucci (pour ne prendre que quelques cas connus) sur une intime conviction. Cette intime conviction qu’on demande juste à un juré populaire d’avoir…

46’30. Mathieu « met du gras autour des os » (drôle d’expression). Le témoignage de Félix et Faure et l’avocat non nommé. Dommage vraiment qu’Adrien Abauzit ne lise pas nos réponses. Nous avons ruiné ces âneries, sur lesquelles il s’obstine, à la toute fin de notre dernière (https://wp.me/p4v5fs-2aH), 20 jours avant la diffusion de cette émission. Sur l’avocat dont on n’a pas le nom, je remets le passage en question : « Quant aux autres témoignages, Adrien Abauzit nous montre une nouvelle fois avec assurance son ignorance. Parlant du témoignage du confrère de Demange dont il ignore le nom parce que Mathieu ne le donne pas, il affirme qu’on ne le saura jamais et que cette “confidence invérifiable ne vaut pas grand-chose” (p. 199). On sait qui il était, tout le monde en parle, et même Dutrait-Crozon… Il s’agit d’Émile Salles qui devait déposer au procès Zola mais qui ne le put pas parce que la question ne fut pas posée….. » On sait donc très bien comment les dreyfusards l’ont su : par Develle et Salles et surtout par l’article de L’Éclair du 14 septembre 1896 qui confirmait les témoignages en question… Il est incroyable de passer cette réalité sous silence (il est vrai qu’en parlant plus tard, Adrien Abauzit n’est plus sûr où l’article a été publié et se trompe dans la citation qu’il en fait ; 1’02’19) et de s’accrocher à l’épisode « rigolo » de la voyante. P. 82 de ses mémoires, Mathieu écrit à propos de cet article :

Adrien Abauzit aurait dû lire la totalité du livre de Mathieu Dreyfus.

50’.  L’homme de paille Esterhazy, « conviction étayée par un certain nombre d’éléments de fait ». L’affaire Souffrain. Richard Fremder encourage à lire le livre d’Adrien Abauzit, nous encourageons, sur le cas Souffrain, aberrant, à lire notre réponse : https://wp.me/p4v5fs-2aH (faire une recherche : « entretenir la farce »).

54’18. Le Petit bleu. Le Petit bleu n’est pas signé de Schwartzkoppen, n’est pas de l’écriture de Schwartzkoppen et n’a pas été envoyé. C’est donc un faux. Nous ne développerons pas plus notre réponse ici et renverrons, pour cela comme pour la pseudo-falsification, à une réponse précédente qui montre que la thèse d’Adrien Abauzit est une blague qui joue sur la crédulité de son lecteur. À lire pour en être définitivement convaincu : https://wp.me/p4v5fs-2aH (faire une recherche « improbable Petit bleu »). Et dire que Picquart va « intimer l’ordre » à Lauth de certifier que le petit bleu est bien de l’écriture de Schwartzkoppen est une affirmation qui ne repose que sur le témoignage de l’accusation (Lauth) qui d’ailleurs ne dit pas exactement cela. Quant aux autres témoins, ils diront la même chose que Lauth bien plus tard, quand les hommes de l’état-major auront accordé leurs violons. Auparavant, lors de l’instruction Ravary par exemple, instruction qu’Adrien Abauzit aurait dû lire, Iunck dit exactement la même chose que Picquart, à savoir qu’il avait dit à Lauth que si besoin était, il pourrait toujours dire qu’elle était l’origine de la pièce… ce qui est pour le moins différent.

1’01’15. La relation amoureuse des deux attachés militaires. Affirmation courante mais gratuite. Rien ne l’a jamais prouvé.

1’05’40. Picquart argue le « faux Henry » de faux et après lui les dreyfusards qui sont, dit Adrien Abauzit, « très bien renseignés, semble-t-il ». À présenter les faits ainsi tout est curieux. Déjà si les dreyfusards ont dit que la pièce était fausse c’est parce que Picquart l’avait affirmé au procès… et c’est tout. Et si Picquart put dire qu’elle était fausse, c’est parce qu’il ne l’avait pas vue et que chef encore de la Section de statistique quand elle était censée être arrivée, il aurait dû en avoir communication. C’est pour cela que, dès novembre 1896, quand Billot et Gonse lui en avait parlé, il avait déjà émis de sérieux doutes.

1’06’46 On ne parle pas tant que ça en mai 1898 du fait que Dreyfus soir juif. Comment est-il possible a quelqu’un qui connaît le sujet de soutenir cela sérieusement ? Si beaucoup de dreyfusards évitèrent soigneusement de faire dériver la question sur le sujet, la  presse dreyfusarde en parla quotidiennement et la presse antidreyfusarde, c’est-à-dire à peu près toute la presse, ne fit que cela dès l’arrestation, en 1894.

1’07’10. Cavaignac héros. Il est amusant que là Adrien Abauzit ne revienne pas sur la version de la découverte du « faux Henry » qu’il aurait pu qualifier d’officielle. Dans mon Histoire de l’affaire Dreyfus de 1894 à nos jours, je propose une autre version que je reproduis ici… 8 pages, sur la base des sources et uniquement des sources… Des sources qu’Adrien Abauzit est censée avoir en partie lue et dont il ne tire malheureusement rien :

1’09’17. La commission de révision. Voir encore notre dernière réponse : https://wp.me/p4v5fs-2aH (faire une recherche « commission »).

1’10’00. Le livre d’Armand Israël et son faisceau d’hypothèses troublant. Nous en avons longuement parlé ailleurs : https://wp.me/P4v5fs-fn (faire une recherche : « Les Vérités cachées de l’affaire Dreyfus »).

1’11’15. Les aveux d’Esterhazy, « au moment où le conseil des ministres allait refuser la révision » et où Brisson « ajourne le conseil des ministres », changent tout… Quel délire  et quel scandale de soutenir de telles choses avec une telle tranquillité. Redonnons ici les passages des mémoires de Brisson que nous avons déjà opposé à Adrien Abauzit qui s’obstine dans sa réécriture de l’histoire. Mais pour comprendre rappelons que la décision de la commission fut du 23, les aveux d’Esterhazy furent publiés dans la presse anglaise le 25 et la décision de saisir la Cour de cassation date du 26.

 

1’12’50. Les lettres Callé. Oui, les magistrats reçurent une lettre anonyme qui leur signalait qu’un huissier Callé possédait des lettres d’Esterhazy. Un juge enquêta, rencontra l’huissier qui lui remit en effet une lettre d’Esterhazy écrite sur le même papier que le bordereau et qui indiquait en effet, ce qu’on savait déjà, qu’il était allé au camp de Châlons en 1894. La chose n’est ni extraordinaire ni originale. Ces lettres furent expertisées et il ne fut jamais question de faux mais au contraire d’identité entre ce papier et celui du bordereau.

1’14’37. Le Procès de Rennes. « Reinach à mots couverts confesse une certaine admiration pour Mercier dans son Histoire. » Ah ? Sans doute alors quand il écrit, à propos de la déposition de Mercier à Rennes : « Mercier y procéda avec un art consommé, tronquant les textes, falsifiant les dates, faussant les faits, parfois rien que par l’incorrection et l’obscurité du langage, l’inexactitude voulue, le vague et l’équivoque systématiques, se contredisant dans la même phrase jusqu’à l’absurde, mais toujours de façon à conduire, à ramener les juges à l’abominable mensonge sous-entendu ». On est vraiment dans une gigantesque pantalonnade.

1’15’49. « Les fameux hasards » où Dreyfus était là. Nous avons montré que tout cela était encore un montage ahurissant qui ne fonctionne qu’à condition de lire dans les pièces censées le prouver ce qu’on veut y trouver. Et nous renvoyons à nos deux réponses publiées sur le site de la SIHAD. Dans le premier article, nous écrivions en conclusion, au terme d’une longue démonstration enrichie dans la réponse à sa réponse :

comme nous l’avons montré, il est fort peu probable
Que l’espion fut à l’État-major : c’est que dit clairement mémento Schwartzkoppen ;
Que si l’espion fut au 1erbureau lors du premier semestre 1893, ce puisse être la minute Bayle qui n’a jamais disparue qui le prouvera ;
Que si l’espion fut au 4èmebureau lors du deuxième semestre 1893, ce puisse être la lettre des « chemins de fer » de 1895 qui le prouvera ;
Que si l’espion fut au 2èmebureau lors du premier semestre 1894, ce puisse être les rapports Guénée, suspects, ou la lettre Davignon, qui ne parle pas d’espion, qui le prouveront ;
Que si le nom de l’espion a pour initiale la lettre D., cette initiale, comme en convenait Cuignet, put être celle de son nom et non celle d’un nom de code et que ce D, comme en convenait toujours Cuignet, put être Dreyfus.

1’17’20. Si on pense que les arguments des antidreyfusards sont faux, réfutons-les sans anathème et sans ricanement. C’est ce que nous faisons ici et il ne reste que peu de choses de la thèse d’Adrien Abauzit. Ce n’est pas ce que fait Adrien Abauzit en revanche qui insulte tout au long de son livre les dreyfusards et accuse le grand Marcel Thomas d’avoir tout bonnement inventé un pièce pour servir sa démonstration quand Marcel Thomas en donne les références et que par ailleurs cette pièce se trouve citée partout.

1’17’37. La preuve « Bouton ». Rien ne l’indique et Bouton (qui avait été successivement libraire, éditeur, agent de la police politique du gouvernement de Juillet, militant républicain en 1848, auteur et éditeur, agent secret du ministère de l’Intérieur à partir de 1858, paléographe, peintre héraldique, poète) en parla à deux reprises. Et la première fois, en février 1898, il ne raconta pas que Lazare avait essayé de l’acheter mais qu’après son refus, il lui avait laissé sa carte, lui disant repasser et n’était jamais revenu… La seconde fois, la carte de visite s’était transformée comme par enchantement en une proposition de versement de 100 000 francs. Quel témoignage !

1’19’58. Le chouchou d’Adrien Abauzit : Moiraud… Depuis son baptême le nom de l’écrituriste était Moriaud.

1’21’38. Témoignages antidreyfusards retenus quand il jugeait la contradiction dreyfusarde « nullissime ». C’est un mensonge absolu… Sur la question du contenu du bordereau, par exemple et de l’impossibilité qu’il fût d’un stagiaire et d’un artilleur, Adrien Abauzit ne cite aucune des études des philologues ou l’impressionnant rapport des généraux Brun, Balaman, Séard et VIllien qui ruine le pauvre argumentaire de l’accusation auquel il s’accroche.

1’22’15. Les éléments incontestables que sont le fait que Dreyfus restait tard au bureau. Cet argument qui a l’air de convaincre Richard Fremder est d’une faiblesse totale. Il ne tient que sur des témoignages pour le moins suspects et qui, contrairement à ce que dit Adrien Abauzit, furent contesté (sauf un épisode particulier) par Dreyfus.

1’23’35. Les 10 brouillons avec écritures différentes. Non, il existe en effet des brouillons mais tous avec la même écriture. Et puisqu’Adrien Abauzit parle de nous à la suite, nous nous devons ici aussi de le corriger. Nous n’avons pas écrit que « les choses n’étaient pas aussi nettes que ça et que comme Dreyfus s’ennuyait »… Extraordinaire de bout en bout la méthode Abauzit. Nous remettons donc ce que nous avons écrit :

Une nouvelle fois, Adrien Abauzit, qui n’a pas vu les archives, parle de ce qu’il ne connaît pas et qu’il a récupéré chez la pauvre commandant Carrière. Pourquoi trente brouillons ? Une manière d’occuper son esprit, peut-être… de ne pas devenir fou… à l’image de ces curieux et inquiétants dessins géométriques qu’il reproduisait à l’infini…

Les lettres et brouillons de l’île du Diable, dont la majeure partie nous est parvenue, montrent bien que la graphie de Dreyfus est demeurée la même… Et quand on regarde ces brouillons – dont Adrien Abauzit parle en les imaginant sur la seule base du pathétique réquisitoire de Carrière –, on peut constater que ces réécritures portent sur des améliorations de style et ne sont aucunement la recopie à l’identique d’un même texte…

1’25’00. « Les cartouches sont vidées » entre Adrien Abauzit et nous. En effet, il ne reste rien de sa thèse et nous regrettons qu’il ne réponde pas à notre dernière. Nous étions curieux de voir comment il allait tenter de s’en sortir.

 

Réplique aux historiens dreyfusards d’Adrien Abauzit, auteur de L’Affaire Dreyfus entre farces et grosses ficelles et Réponse à sa réponse

24Nous publions ici la réponse d’Adrien Abauzit à notre compte rendu de son livre (voir ici) et notre réponse à cette réponse. Pour faciliter la lecture de cette longue discussion, nous ferons figurer nos commentaires en un corps différent, en encadré, au fur et à mesure que ce déroulera le texte que nous donnons bien sûr dans son intégralité et en en respectant l’orthographe.

Continuer la lecture

Réplique aux historiens dreyfusards d’Adrien Abauzit, auteur de L’Affaire Dreyfus entre farces et grosses ficelles et Réponse à sa réponse

Nous publions ici la réponse d’Adrien Abauzit à notre compte rendu de son livre (voir ici) et notre réponse à cette réponse. Pour faciliter la lecture de cette longue discussion, nous ferons figurer nos commentaires en un corps différent, en encadré, au fur et à mesure que ce déroulera le texte que nous donnons bien sûr dans son intégralité et en en respectant l’orthographe.

Continuer la lecture

Adrien Abauzit à Radio Courtoisie

On continue…

2’20. Dreyfus innocent, Esterhazy coupable n’est pas le dogme républicain mais la vérité historique.

2’40. Il n’y a pas d’antisémitisme dans l’armée puisqu’à l’époque de l’Affaire, il y avait 300 officiers israélites dans l’armée française dit Adrien Abauzit. Nous sommes heureux de voir qu’Adrien Abauzit a corrigé l’erreur (empruntée sans vérification à Monique Delcroix) de son livre : 10 % d’officiers israélites dans l’armée française ; soit : pour 28 000 officiers, 3 000 officiers israélites ! Il y en avait bien 300 en effet mais que prouve ce chiffre et qu’est donc ce raisonnement ? Eût-il fallu qu’il n’y en eût aucun pour qu’on puisse parler d’antisémitisme ? Ce serait dans ce cas un antisémitisme d’État comme en Allemagne où la carrière militaire était fermée aux juifs. En France, tel n’était pas le cas, et la possibilité d’entrer dans la carrière d’officier en passant par les écoles (Saint-Cyr, Polytechnique, etc.) explique en grande partie que le nombre d’officiers israélites put ainsi passer un peu avant l’Affaire de 2 à 10 pour mille. Certes, les officiers juifs connurent pour la plupart un avancement normal et quelques-uns (plus que rares, à vrai dire) devinrent généraux. Mais cela n’empêche aucunement (et il faut lire les travaux du général Bach, de Pierre Birnbaum, de William Serman, de Jérôme Hélie) que bon nombre d’officiers, issus ou non de la rue des Postes, étaient antisémites…

3’03. Le fait que Dreyfus soit entré à l’État-major n’est aucunement le signe que « l’armée n’était pas structurellement antisémite » mais qu’il avait eu à l’École de Guerre le classement nécessaire pour y entrer. Les 10 premiers y entraient et Dreyfus avait été classé 9e. Un classement inattendu d’ailleurs dans la mesure où il s’était vu attribuer, lui comme son condisciple Picard, autre juif, par le général de Bonnefond, un 5 à la note dite « cote d’amour », note subjective d’appréciation d’aptitude au service d’état-major… Un 5 qui ferma la porte de l’Etat-major à Picard qui passa au-delà de la 10e place mais pas à Dreyfus qui, mauvais calcul, passait de la 5e à la 9e.

3’20. « S’il y avait des individus [antisémites] on ne peut pas dire que structurellement l’armée française était antisémite ». Elle ne l’était pas, « structurellement », parce qu’elle ne pouvait l’être dans une République qui considère ses fils comme étant tous égaux… Une réalité dont souffrirent beaucoup d’officiers supérieurs, monarchistes, nationalistes, antisémites, qui devaient « faire avec » puisque telle était la loi… Elle ne pouvait donc l’être « structurellement » mais le préjugé y était, fort, répandu… Du Paty de Clam, d’ailleurs, dans ses souvenirs inédits (qu’Adrien Abauzit aurait pu lire en allant en bibliothèque), raconte que son chef, le général Delanne, lui avait dit peu avant l’Affaire, quand la possibilité de la venue d’un stagiaire juif à l’État-major s’était présentée : « Pas de Juif ici ! »…

3’29. La confrontation des pièces du dossier. Tout avocat qu’il soit, Adrien Abauzit ne peut nous dire qu’il a confronté les pièces du dossier qu’il a lues en partie et qu’il a vite lues… Il ne cite jamais, dans son ouvrage, que celles de l’accusation, passe sous silence celles de la même source qui contredisent sa thèse (voir https://affaire-dreyfus.com/2018/10/12/un-ersatz-du-dutrait-crozon-laffaire-dreyfus-entre-farces-et-grosses-ficelles-dadrien-abauzit/) et ne fait jamais (ou à de si rares reprises) mention de celles de la défense.

4’55. Monsieur de Latour, le bordereau ne démontre aucunement qu’il y a un traître à l’État-major mais qu’il y a un traître dans l’armée française… La différence est de taille. Et le bordereau dit même qu’il ne peut émaner de l’État-major : pourquoi son scripteur aurait-il écrit, si ce n’était le cas, à propos du manuel d’artillerie, que, « extrêmement difficile à se procurer » il ne pouvait l’avoir à sa « disposition que très-peu de jours. Le ministère de la guerre en a envoyé un nombre fixe dans les corps et ces corps en sont responsables, chaque officier détenteur doit remettre le sien après les manœuvres ? » Seul un officier de troupe pouvait écrire cela… Dommage qu’Adrien Abauzit, qui confronte, n’ait rien confronté à ce sujet et ait préféré passer sous silence cette évidence.

5’44. Jean Jaurès ne réclama jamais la peine de mort… Il fut toujours, comme 99 % des socialistes, contre ! Il déposa, « au nom de [s]es collègues socialistes », une proposition de loi visant, dans la mesure où un officier convaincu de trahison avait eu la vie sauve, à ce que les soldats ne soient plus passibles de la peine de mort pour le moindre manquement à la discipline. Il faudrait vraiment arrêter ces raccourcis vertigineux.

7’13. « Incise »… Non Adrien Abauzit : une parenthèse, une précision, etc.

7’56. Monsieur de Latour, Dreyfus n’a jamais demandé sa grâce. On le lui a offert, il n’en voulait pas et l’accepta finalement…

8’35. La cassation sans renvoi. Elle n’est pas sans raison et ce n’est aucunement un scandale ou une violation du droit… La chose est trop longue à développer ici et nous nous permettons de renvoyer à un ouvrage qui fait le point sur la question : L’Affaire Dreyfus de 1894 à nos jours par Philippe Oriol (Les Belles Lettres, 2014).

11’50. Puisqu’il était question dans le bordereau du canon de 120, le traître devait être passé par l’école de Pyrotechnie et seul Dreyfus y était passé, dit Adrien Abauzit. Dreyfus était certes passé par l’école de Pyrotechnie de Bourges mais de septembre 1889 à avril 1890, autrement dit 4 ans avant l’Affaire. En fait, le bordereau n’a jamais parlé du canon de 120 en soi mais du « frein hydraulique du 120 et [de] la manière dont s’est conduite cette pièce ». Et à vrai dire, non pas du frein hydraulique qui n’était pas le sujet mais du frein hydropneumatique (confusion qu’un artilleur ne pouvait faire). Un frein qui n’a été fabriqué que bien plus tard et dont, dira le commandant Baquet, « les premiers dessins exacts et complets […] ne sont sortis de la fonderie que le 29 mai 1894, où ils ont été envoyé au Ministère pour l’établissement des tables de construction du canon court. » Quant à la première décision de faire des essais – la seule qui compte pour dire comment s’était comporté le frein –, elle ne datait pas du passage de Dreyfus à l’école de Pyrotechnie mais du 13 février 1894, avait été confirmée le 16 mai 1894, et les essais prescrits avaient eu lieu pendant les écoles à feu. Des écoles à feu (5 au 9 août 1894) auxquelles n’assista pas Dreyfus mais auxquelles assista Esterhazy… tiens donc… C’est à ce résultat qu’Adrien Abauzit aurait dû parvenir s’il avait confronté les faits et les documents…

12’37. Dreyfus fréquentait des espionnes. Si Dreyfus eut en effet quelques fréquentations féminines, le fait qu’elles fussent espionnes n’a jamais pu être prouvé. Heureusement qu’Adrien Abauzit est avocat et non pas procureur…

12’46. Les nombreux témoignages contre Dreyfus. Ils furent en effet nombreux ces témoins qui trouvaient que Dreyfus travaillait tard, posait des questions, etc. un peu comme le ferait un bon élève qui veut réussir. Après la réhabilitation, un des camarades qui avait fait partie de ces témoins, écrira à Dreyfus pour expliquer son attitude de 1894 : « Quand, en 1894, le sous-chef d’état-major nous réunit pour nous dire que tu étais coupable et qu’on en avait les preuves certaines, nous en acceptâmes la certitude sans discussion puisqu’elle nous était donnée par un chef. Dès lors nous oubliâmes toutes tes qualités, les relations d’amitié que nous avions eues avec toi pour ne plus rechercher dans nos souvenirs que ce qui pouvait corroborer la certitude qu’on venait de nous inculquer. Tout y fut matière. »

13’20. Le caractère affligeant de la défense. Comment Adrien Abauzit peut-il connaître cette défense d’un procès à huis-clos dont, par définition, ne demeure rien ? Quelle blague !

13’35. La dictée. Dreyfus n’a jamais changé son écriture et il suffit de voir le document pour en être sûr (voir https://affaire-dreyfus.com/2018/10/12/un-ersatz-du-dutrait-crozon-laffaire-dreyfus-entre-farces-et-grosses-ficelles-dadrien-abauzit/). L’avocat de Dreyfus, Demange, a reconnu cette courbe de l’écriture que ne permet pas de voir l’original, c’est vrai. Mais toute sa plaidoirie de Rennes reposait sur le fait de ne jamais contredire les militaires et s’ils avaient vu une courbe, il était prêt à la voir aussi. Quant à Dreyfus, il ne l’a jamais reconnue. Adrien Abauzit doit non seulement ne plus se contenter de dire qu’il confronte les textes mais le faire et surtout ne pas y lire ce qui n’y est pas écrit. Voici exactement ce que dit Dreyfus à Rennes : « Quand le commandant du Paty de Clam m’a fait la dictée, au bout d’un certain nombre de mots, il m’a demandé : “Qu’avez-vous ? Vous tremblez ?” Je ne tremblais pas du tout. L’interpellation m’a paru tout à fait insolite. Faites une interpellation pareille à quelqu’un qui est en train d’écrire, et vous verrez. L’interpellation m’a donc paru insolite. J’ai cherché dans mon esprit pourquoi cette interpellation. Je me suis dit “Il est probable que c’est parce que j’écris lentement, et en effet, j’avais les doigts raidis. Il faisait froid dehors ; c’était le 15 octobre, et il faisait si froid qu’il y avait, il faut bien vous le rappeler, un très grand feu allumé dans le cabinet du chef d’État-major. Je pensais que l’interpellation provenait de ce que j’avais écrit lentement, et c’est précisément parce que j’avais les doigts raidis. C’est pour cela que j’ai répondu “J’ai froid aux doigts”, mais l’interpellation me paraissait tout à fait insolite. » Dreyfus ne reconnaît aucunement avoir changé son écriture. Enfin, relativement à la température, il faisait ce matin-là 9°, ce qui est froid surtout dans les grands appartements de la rue Saint-Dominique ce qui justifiait justement le grand feu dont parle Dreyfus et que personne ne contredira. Pour finir un dernier point. Adrien Abauzit voit dans ce document ce que Du Paty y a vu. Mais il ne faut pas oublier que cette dictée était une mascarade et que contrairement à ce qu’avait dit Du Paty au ministre – à savoir que si l’expérience n’était pas concluante, il n’arrêterait pas Dreyfus –, Mercier lui en avait donné l’ordre. Car le 14, veille de la dictée, Mercier avait signé l’ordre d’arrestation, officiellement confié l’instruction à Du Paty, nommé officier de police judiciaire, et annoncé à Forzinetti, directeur du Cherche-Midi, la visite, pour le lendemain matin 1 heure, du lieutenant-colonel d’Aboville chargé de lui faire « de [sa] part une communication confidentielle ». Dreyfus devait donc se troubler…

16’24. L’hypothèse Esterhazy : farfelue ! Le petit bleu est faux parce qu’il n’est pas signé, qu’il n’est pas de l’écriture de Schwartzkoppen et parce qu’il n’est pas timbré. Tout d’abord, puisqu’il a été trouvé dans la poubelle de l’ambassade d’Allemagne, il ne pouvait être timbré, sans quoi il eût été extraordinaire qu’il s’y trouvât. Comment parti de l’ambassade et arrivé chez Esterhazy aurait-il pu revenir à l’ambassade ? Adrien Abauzit reprend ici encore l’argumentaire de l’accusation mais devrait réfléchir un peu, juste un peu, et un peu plus que ne le firent ses prédécesseurs dont il récupère en se les appropriant les arguments… Pour le reste, c’est justement la meilleure indication de sa véracité. Il n’est pas timbré et est déchiré par ce que finalement il ne fut pas envoyé (d’où sa présence dans la poubelle de l’ambassade), il n’est pas signé parce qu’on signe rarement quand on écrit à un espion et s’il n’est pas de l’écriture de Schwartzkoppen, il pouvait l’être de celle d’un (un, pas « une ») de ses secrétaires. Car enfin, s’il était un faux, réalisé par Picquart comme le soutient Adrien Abauzit, pourquoi faire un document qui pouvait ainsi ouvrir à la discussion ? N’eût-il pas été plus simple, dès le départ, de faire imiter l’écriture de Schwartzkoppen, de signer le faux de son nom, de ne pas oublier l’oblitération, de ne surtout pas le mettre dans les cornets de la Bastian et de faire croire qu’il avait été saisi à la poste ou mieux même, puisqu’Esterhazy était complice, de le lui envoyer ? Et puisqu’il s’agissait de sauver Dreyfus, n’aurait-il pas été aisé et surtout judicieux de ne pas oublier d’y mettre une phrase d’une grande clarté sur son innocence ?

18’16. L’exemple de la lettre de Macron. Si Adrien Abauzit, comme il l’a fait sur Patrioteinfo, nous montre une lettre de Macron, d’une autre écriture, non signée et non timbrée, il s’agira en effet d’un faux. Mais si cette lettre est trouvée dans la poubelle de Macron, nous aurons l’indication qu’elle vient bien de chez lui…

18’28. Qu’Esterhazy ait livré les documents n’est pas démontré. C’est vrai. Mais rien non plus ne prouve que Dreyfus l’ait fait. Et pourtant, à la différence de Dreyfus qui n’a pu livrer la plupart des documents (et la preuve s’en fait sans peine quand on confronte les pièces du dossier plutôt que de l’affirmer), Esterhazy le pouvait grâce à ses séjours au camp de Châlons : Carvallo l’a dit à Rennes, à partir du 7 avril 1894, les officiers d’artillerie avaient eu à leur déposition « une description complète du frein hydropneumatique ». S’étant rendu à Châlons, Esterhazy aurait pu se la procurer. De même de la question des troupes de couverture dans laquelle le 6e corps d’armée jouait un rôle essentiel, 6e corps d’armée basé à Châlons… et si Esterhazy n’avait pu là obtenir les renseignements dont il avait besoin il lui aurait suffi de lire et de résumer le Journal des sciences militaires qui s’était intéressé à la question dans son numéro de mai 1894. Relativement aux modifications apportées aux formations de l’artillerie, nous savons qu’elles avaient été mises en application, toujours à Châlons, et au moment même où Esterhazy s’y trouvait. Concernant Madagascar, on pourrait rappeler les différentes publications qui livrèrent sur le sujet des informations ou, rappeler que le colonel de Torcy, chargé de préparer l’expédition, était alors affecté à Châlons où Esterhazy aurait très bien pu recueillir quelques informations. Le manuel de tir était à la disposition de tous et avait même fait l’objet d’une édition autographiée. Il n’était donc pas difficile de se le procurer, contrairement à ce qu’en dit Esterhazy dans le bordereau pour lui donner de la valeur. Et faut-il rappeler que la phrase du bordereau : « le ministère de la Guerre […] a envoyé un nombre fixe dans les corps et ces corps en sont responsables. Chaque officier détenteur doit remettre le sien après les manœuvres » ne peut indiquer qu’une chose : que son auteur ne pouvait être qu’un officier d’un corps, comme l’était Esterhazy et non un officier d’État-major qui n’avait aucune raison de parler de ce qui se passait dans les corps. Demeurent les manœuvres. Marcel Thomas a prouvé qu’Esterhazy avait assisté « à des manœuvres de garnison » à la fin d’août 1894. Cela pourrait suffire dans le cas où nous ne voudrions pas considérer, ce qui nous semble pourtant probable, qu’il ne s’agissait là encore que d’un mensonge visant à rendre intéressante sa « collaboration ». Même écriture, même papier, possibilité de fournir les documents, relation établie avec Schwartzkoppen…

19’03. Esterhazy n’avait aucune chance d’être condamné lors de son procès. C’est vrai… Mais parce que l’instruction avait été dirigée, le conseil de guerre tout autant et cela pour la simple raison que l’État-major ne pouvait revenir sur son erreur de 1894 sans perdre tout crédit et sans envoyer Mercier en prison.

19’33. Comment Esterhazy, ruiné, a-t-il pu vivre en Angleterre ? Grâce à ses petites combines, à des cours de français, à l’aide de quelques amis antisémites (de Boisandré) et surtout à sa collaboration régulière à La Libre Parole puis à L’Éclair alors dirigé par Judet. Mais il eut des moments difficiles, en effet, et des lettres de lui de cette époque, conservées dans quelques bibliothèques ce qu’Adrien Abauzit, comme toujours, ignore, en témoignent. Et c’est étonnant qu’il les ignore puisque Marcel Thomas en parle dans son second livre dont il cite un propos. Il n’en aurait donc lu qu’un page ?

19’57. Esterhazy se déclare auteur du bordereau pour permettre la révision refusée par la commission consultative du ministère de la Justice soutient Adrien Abauzit. Tout d’abord la commission ne vota pas contre mais ne put se départager, à 3 voix contre 3, égalité qui laissait donc la question ouverte… Il faudrait ne pas dire n’importe quoi… Et il ne fallait pas un prétexte au gouvernement qui s’il avait voulu en avoir un, l’avait depuis le faux Henry… La révision était dans les tuyaux depuis cette fracassante nouvelle et c’est pour ne pas la voter que Cavaignac, Zurlinden puis Tillaye avaient auparavant démissionné.

23’17. La réforme de Picquart. En arrivant à la Section de statistique, en effet, il a exigé que tous les documents passassent dorénavant par lui. Pourquoi ? Pour avoir toute latitude pour y introduire des documents ? Enfin… Il fit cela pour remettre de l’ordre dans un service qui était alors désorganisé et pour rétablir la chaîne de commandement. Et d’ailleurs, comme il le racontera, il arrêtera vite, rebuté par l’aspect fastidieux du travail. Et quelles preuves pour affirmer que son introduction du petit bleu dans les cornets de la femme de ménage est « indiscutable ». Quant au procès Zola, sa défense n’est pas affligeante… Elle est en demi-teinte à un moment où il espérait, suivant les promesses qui lui avaient été faites, retrouver les bonnes grâces de ses chefs s’il savait se montrer « bon soldat ».

25’17. Mathieu le farceur. L’affaire de la voyante Léonie est vraie ou tout au moins il est vrai que Mathieu consulta une voyante… Le fait indique bien tout le désespoir du frère, prêt à tout pour trouver la solution. Mais dire que c’est ainsi que Mathieu Dreyfus fut au courant de la violation du droit commis au procès de 1894 est une farce absolue… Mathieu fit en effet ces expériences au cours desquelles Léonie lui parla des pièces secrètes soumises aux juges et, dans ses mémoires, explique qu’il « n’insist[a] pas » (p. 51), n’ayant sans doute pas compris… Ce sont les témoignages de Gibert, Develle, Reitlinger, Salles, etc. qui lui apprirent l’illégalité.

28’45. Le complotisme dreyfusard. Il est clair que les jésuites ne firent pas grand-chose et que les dreyfusards s’emballèrent à ce propos quelque peu. Les Assomptionnistes furent bien plus dangereux et le Comité Justice-Égalité d’une nocivité indiscutable. Mais cela dit, parler de complotisme dreyfusard ne devrait pas se faire en développant un autre complotisme, celui d’une alliance générale contre l’armée et l’Église. Et s’il y eut une volonté politique de républicaniser l’armée (on ne peut reprocher à la République de vouloir républicaniser), fût-ce par des moyens condamnables (l’affaire des fiches, qui soit dit en passant était la manière dont le Comité Justice-Égalité organisait à l’échelle locale les élections), c’était en effet parce qu’elle avait pris de curieuses habitudes et se considérait comme pouvant agir à sa guise au mépris de toutes les règles comme le montra l’affaire Dreyfus. Quant à penser que la République aurait « monté » l’Affaire juste pour mettre au pas l’armée, c’est à crever de rire… Elle avait bien d’autres moyens, tellement plus simples…

Un ersatz du Dutrait-Crozon : L’Affaire Dreyfus, entre farces et grosses ficelles d’Adrien Abauzit

11909 et 1924 : Dutrait-Crozon ; 1925 : Roget ; 1963 : Henriette Dardenne ; 1978 : Tixier-Vignancour ; 1982 : Figuéras ; 1988 : Galabru ; 1989 : Figuéras ; 1993 : Brigneau ; 1995 ou 1996 Galabru ; 1998 : Amyot ; 2000 : Delcroix ; 2010 : Plouvier… un siècle de publications antidreyfusardes…

Continuer la lecture

Dossier consacré L’Affaire Dreyfus, entre farces et grosses ficelles d’Adrien Abauzit

Premier ouvrage : Un ersatz du Dutrait-Crozon : L’Affaire Dreyfus, entre farces et grosses ficelles d’Adrien Abauzit

Réplique aux historiens dreyfusards d’Adrien Abauzit, auteur de L’Affaire Dreyfus entre farces et grosses ficelles et Réponse à sa réponse

Second ouvrage : Nouvelle Réplique au camp dreyfusard [sic]

L’Affaire Dreyfus, entre vérités et grosses ficelles d’Adrien Abauzit. Réponses aux interviews

L’Affaire Dreyfus, entre vérités et grosses ficelles d’Adrien Abauzit. Réponses aux interviews

Adrien Abauzit à Radio Courtoisie

Adrien Abauzit sur Temporium Radio

Adrien Abauzit… Rectification des faits énoncés dans son interview sur Patriote info

Une autre vidéo commentée d’Adrien Abauzit

Adrien Abauzit sur Radio Athéna