L’affaire Dreyfus dans Valeurs actuelles… encore

Nous avions, en son temps, réagi à l’étonnant papier publié sur le site de Valeurs actuelles. Nous avions fait un post sur ce blog (ici) et laissé un commentaire – d’une totale sobriété – qui a été retiré parce que ne « respect[ant] pas [sa] charte d’utilisation des commentaires ». Bah tiens !

Une charte qui sans doute ne reconnaît que l’approbation… Valeurs actuelles récidive. Au sujet de l’affaire Traoré et des déclarations hasardeuses de Geoffroy de Lagasnerie, on peut lire :

Si outrancière que soit la comparaison, on pourrait cependant la retourner contre son auteur, en rappelant ceci : si le combat pour la réhabilitation d’Alfred Dreyfus était juste, l’affaire fut malheureusement instrumentalisée, permettant à toute une partie de la gauche de mener un vigoureux combat contre la nation et l’armée. Au point, d’ailleurs, que la figure d’Alfred Dreyfus fut rapidement laissée de côté par la majeure partie de ses défenseurs au profit de leur combat politique, et que « l’Affaire Dreyfus » devint, rapidement, “l’Affaire”. (voir ici)

Cette question de l’instrumentalisation de l’affaire par la gauche et de son « combat contre la nation et l’armée » font partie des fantasmes de l’antidreyfusisme qu’on trouvait déjà chez Dutrait-Crozon… Inutile donc de commenter plus avant.

 

1 réflexion sur « L’affaire Dreyfus dans Valeurs actuelles… encore »

  1. Philippe MARQUETTE

    L’Affaire [Dreyfus] est, pour les journaux et autres magazines, un « marronnier » comme l’est aussi la franc-maçonnerie. Votre site “affaire-dreyfus.com” est une véritable mine d’or pour qui veut s’intéresser à ce sujet un peu sérieusement.
    Valeurs Actuelles a publié le 2 février 2015 il y a un peu plus de 6 ans) ce billet qui résume grossièrement l’Affaire et n’apporte rien de nouveau. Cet hebdomadaire est ouvertement « réactionnaire », l’article qui a suscité votre publication est daté du 7 mai 2021 et rapporte les propos de Geoffroy de Lagasnerie, comparer Dreyfus et Traoré serait comique si ce n’était pas aussi consternant.
    Pour ma part, je suis venu à m’intéresser à l’Affaire par Hannah Arendt qui en a parlé dans « Les origines du totalitarisme ». L’avantage de lire des auteurs sérieux, c’est la bibliographie, de même quand on lit Bertrand Joly ou Philippe Oriol.
    L’Affaire n’a pas fini de faire couler de l’encre et de déchaîner les passions, heureusement les historiens veillent à ce que l’Histoire soit le plus fidèle possible à la réalité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.