« Pour la lumière » : un manuscrit inédit d’Émile Zola

Alain Pagès a eu la gentillesse de nous communiquer ce billet :

Empêché de se tenir au Grand Palais, comme prévu, à la fin du mois d’avril, le Salon du Livre rare a modifié ses dates. Il devrait se tenir après l’été, entre le 18 et le 20 septembre, si les conditions de la crise actuelle le permettent. En attendant, un catalogue est proposé aux amateurs. On peut le télécharger : https://www.salondulivrerare.paris/
Comme chaque année, il est d’une grande richesse. On y découvre de nombreuses pièces exceptionnelles. Entre autres, au stand G18, celui de la librairie du Manuscrit Français, un manuscrit inédit d’Émile Zola du plus grand intérêt, intitulé « Pour la lumière ».
Le site du Manuscrit Français, où il est en vente, en donne une description, accompagnée d’une transcription partielle :

https://www.lemanuscritfrancais.com/fr/manuscrit/zola-emile-1840-1902-4/

Ce texte a été écrit par Zola au tout début de son exil, à Londres, le 19 juillet 1898. Il a été rédigé le lendemain du procès en cour d’assises qui s’est tenu à Versailles, le 18 juillet, aboutissant à la condamnation du romancier. Il a pour but de justifier le départ en exil, en offrant une réponse à tous ceux qui accusent alors le romancier de fuir la justice. On connaît assez bien les circonstances qui entourent la rédaction de cet article grâce à différentes sources que nous indiquons à la fin de cette notice : la correspondance de Zola, le journal que l’écrivain a tenu pendant son exil (publié, plus tard, sous le titre de Pages d’exil), le témoignage du traducteur anglais de Zola, Ernest Vizetelly, et une note que Bernard Lazare a laissée sur ces événements.
Pour comprendre l’intérêt de cet article, il faut reprendre la série des événements qui précèdent le procès de Versailles, le 18 juillet, et le départ précipité de Zola pour Londres, dans la soirée du 18.
Le procès de Versailles est le troisième procès en cours d’assises que Zola ait dû subir à la suite de la publication de « J’Accuse… ! » dans L’Aurore, le 13 janvier 1898. Le premier procès, le plus célèbre, au duré du 7 au 23 février. Il s’est déroulé devant la cour d’assises de Paris. Il a connu quinze audiences mouvementées à l’issue desquelles le romancier a été condamné, pour diffamation, au maximum de la peine possible : 3000 F. d’amende et un an de prison. Le 2 avril, la Cour de cassation a annulé cette condamnation pour vice de forme. Un nouveau procès a suivi devant la cour d’assises de Versailles, le 23 mai ; il n’a duré que quelques heures, l’avocat de Zola, Fernand Labori, s’étant immédiatement pourvu en cassation. Ce pourvoi a été rejeté par la Cour de cassation, le 16 juin, ce qui a entraîné le troisième et dernier procès de Zola devant une cour d’assises. Cette fois, convoqué à nouveau à Versailles, le romancier est définitivement condamné, mais pour éviter que la sentence ne lui soit officiellement communiquée et ne prenne effet, il quitte Paris, le soir même, et s’enfuit pour Londres. Il a pris cette décision sur le conseil de Labori et de Clemenceau qui ont jugé une telle stratégie efficace, car elle leur permettait de gagner du temps, en suspendant l’exécution du jugement qui venait d’être prononcé.
Arrivé le 19 juillet au matin, à Londres, à la station de Victoria, Zola descend au Grosvenor Hotel, une adresse que lui a indiquée Clemenceau, au moment de son départ. Sur les registres de l’hôtel, il s’inscrit sous un faux nom, celui de « M. Pascal ». Au cours de la soirée, seul dans sa chambre d’hôtel, il écrit jusqu’à minuit un long article pour L’Aurore dans lequel il explique les raisons pour lesquelles il a quitté la France (c’est ce qu’il indique dans ses Pages d’exil).
Le lendemain matin, le 20 juillet, Zola accueille, au Grosvenor Hotel, son ami Fernand Desmoulin qui a voyagé pendant la nuit et arrive directement de Paris. Ce dernier vient le réconforter : il lui apporte des nouvelles de sa femme Alexandrine, ainsi que de Jeanne Rozerot et de ses enfants.
Desmoulin n’est pas seul. Il est accompagné de Bernard Lazare qu’il a rencontré à la gare du Nord, au moment de son départ, et avec qui il a fait le voyage. Bernard Lazare, qui est envoyé par Clemenceau et Labori, est chargé d’une mission. Il a laissé un récit de cette rencontre dans une note qu’il composera plus tard, à la demande de Joseph Reinach, sur son rôle pendant l’affaire Dreyfus. Son témoignage est essentiel. Zola lui apparaît un peu perdu, désemparé dans cette grande ville où il ne connaît personne. « Notre présence lui fit du bien, le regaillardit », observe Bernard Lazare. Et il ajoute cette remarque, qui concerne l’objet de son voyage à Londres : « J’étais chargé de lui expliquer pourquoi L’Aurore n’avait pas publié un large papier de lui qu’on trouvait imprudent. Il prit bien la chose et modifia ce qu’il avait à dire. » Le matin même, en effet, vient de paraître, dans L’Aurore, sous le titre de « Pour la preuve », un article signé du nom de Zola, mais rédigé, en fait, par Clemenceau. Bernard Lazare est chargé d’en montrer le contenu à Zola. Ce dernier se montre d’accord avec ce qu’on lui propose. Il remet à Bernard Lazare le manuscrit de « Pour la lumière ». Ce dernier repart pour Paris, en début d’après-midi, en emportant le texte avec lui.Le texte de « Pour la lumière » est lié au « Pour la preuve » de Clemenceau. Commençant l’un et l’autre par la préposition « pour », les deux titres se font écho. Ils sont construits d’une manière identique. Publié en première page dans L’Aurore du 20 juillet 1898, l’article rédigé par Clemenceau est court. Il n’occupe que la première colonne de la première page.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k701642p.item

Son contenu est, avant tout, d’ordre juridique. L’article explique pourquoi l’écrivain « a fait défaut ». Ce dernier déclare qu’il entend « faire la preuve ». Il dit refuser le « débat étranglé » dans lequel la justice essaie de l’enfermer : « Accepter le débat étranglé sans avoir tout fait pour la manifestation de la preuve, c’était rendre inutile le long effort de ces six derniers mois. » Et l’article se conclut en indiquant qu’au mois d’octobre, le romancier se trouvera à nouveau devant ses juges : « Une fois de plus j’offrirai la preuve. Une fois de plus la France verra les fanfarons d’aujourd’hui fuir devant la lumière. »
« Fuir devant la lumière » : telle est la dernière formule de l’article écrit par Clemenceau. Plus haut, on lit également, à deux reprises, l’expression : « faire la lumière ». On peut penser que le titre retenu par Zola, « Pour la lumière », a été choisi dans la matinée du 20 juillet, au cours de la discussion que le romancier a eue avec Bernard Lazare, après avoir pris connaissance du contenu de l’article rédigé par Clemenceau. Sur le manuscrit ce titre se trouve tout en haut du premier feuillet. Il n’est séparé des lignes qui suivent par aucun espace. Il est possible qu’il ait été ajouté après coup et qu’il soit donc postérieur à la rédaction du feuillet lui-même.
Le « Pour la lumière » de Zola apparaît comme une suite du « Pour la preuve ». L’article, cependant, n’a pas été publié dans L’Aurore, en juillet 1898. Clemenceau l’a-t-il trouvé inutile, en fin de compte ? A-t-il jugé qu’il n’était pas nécessaire de donner une suite à son « Pour la preuve » dont les explications lui semblaient suffisantes ? C’est ce que l’on peut supposer.
Ce refus de Clemenceau rend d’autant plus passionnante la lecture de ce texte écrit par Zola, au seuil de son exil. Le romancier va se taire désormais. Obéissant à ce que lui intiment les stratèges du camp dreyfusard, il s’enfermera dans le silence. Aucun texte de lui ne paraîtra sur l’affaire Dreyfus avant le mois de juin 1899, date de son retour. C’est alors seulement qu’il publiera « Justice », dans L’Aurore du 5 juin 1899. Les premières lignes de l’article disent avec force combien ce silence lui a pesé : « Depuis onze mois bientôt, j’ai quitté la France. Pendant onze mois, je me suis imposé l’exil le plus total, la retraite la plus ignorée, le silence le plus absolu. J’étais comme le mort volontaire, couché au secret tombeau, dans l’attente de la vérité et de la justice. Et, aujourd’hui, la vérité ayant vaincu, la justice régnant enfin, je renais, je rentre et reprends ma place sur la terre française. »

Références bibliographiques

  • Lazare Bernard, « Mémoire », Bernard Lazare. Anarchiste et nationaliste juif, Philippe Oriol éd., Paris, Champion, 1999, p. 267-268.
  • Oriol Philippe, L’Histoire de l’affaire Dreyfus, Paris, Les Belles Lettres, 2014, t. II, p. 704-705.
  • Pagès Alain, Émile Zola, un intellectuel dans l’affaire Dreyfus. Histoire de « J’accuse », Paris, Librairie Séguier, 1991, p. 271-272 ; Émile Zola. De « J’accuse » au Panthéon, Saint-Paul, Éditions Lucien Souny, 2008, p. 213-214.
  • Reinach Joseph, Histoire de l’affaire Dreyfus, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2006 [1ère éd., 1901-1911], t. I, p. 1056-1057 (sur le procès de Versailles du 23 mai 1898) ; t. II, p. 32-35 (sur le procès de Versailles du 18 juillet 1898).
  • Vizetelly Ernest, With Zola in England. A Story of Exile, Londres, Chatto & Windus, 1899, p. 10-20.
  • Zola Émile, Pages d’exil, Œuvres complètes, sous la dir. de Henri Mitterand, Paris, Cercle du Livre précieux, t. XIV, 1970, p. 1141 [1ère éd. par Colin Burns dans Nottingham French Studies, III, n°1-2, mai-octobre 1964], texte repris dans Œuvres complètes, sous la dir. de Henri Mitterand, Paris, Nouveau Monde Éditions, t. XVIII, éd. Alain Pagès, 2008, p. 542.
  • —, Correspondance, sous la dir. de Bard Bakker, Montréal, Presses de l’Université de Montréal / Paris, Éditions du CNRS, t. IX, éd. Owen Morgan et Alain Pagès, 1993, p. 224-226 (lettre à Fernand Labori du 19 juillet 1898).

Alain Pagès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.