Archives mensuelles : février 2018

Une nouvelle synthèse de l’Affaire : L’Affaire Dreyfus de Serge Pacaud

Vient de paraître aux éditions Marivole : L’Affaire Dreyfus de Serge Pacaud. Richement illustré, il est une narration simple, souvent simplifiée mais sans surprise de l’Affaire. Le seul problème en est cette annonce d’une mise en lumière « des questions qui suscitent les plus grandes réserves à la lecture des événements et des faits » qui font de ce livre, toujours selon la quatrième de couverture, un nouveau « J’Accuse…! » qui énumère « les points de détails équivoques, et incrimine l’Histoire d’avoir fait fi de l’entière vérité au profit d’un consensus apaisé ». Rien que ça ! Continuer la lecture

Le J’Accuse ! d’Alexis Lacroix

Alexis Lacroix vient de publier aux éditions de l’Observatoire, son « J’Accuse…! »… sans points de suspension. L‘ancien directeur adjoint de Marianne, aujourd’hui directeur de rédaction délégué de L’Express, passe sur les lignes de front et en appelle au sursaut et à la nécessité – urgente en effet – de combattre l’antisémitisme en France et pour cela à « réveiller l’esprit des dreyfusards ». Pour ce faire, il exalte, dans l’énergie qu’il met à dénoncer cette « gauche volontiers “insoumise”, et en vérité nihiliste, car imbue d’une politique et d’une géopolitique du “coup de force”, qui, dans l’affaire Dreyfus, était tombée du côté antidreyfusard de la barricade » (p. 88), les « derniers dreyfusards » que sont Bernard-Henri Lévy et Manuel Valls. Il invite pour cela ses lecteurs à se placer dans le sillage du dernier qui, explique-t-il, à l’époque où il était aux affaires, tint bon, « affirm[a] une position non négociable », « résista sur la ligne de front intellectuelle et politique au “néoantisémitisme” » et eut « le courage d’affirmer aussi que, si l’autre gauche, celle de Mendès-France et du radical Clemenceau, laisse s’opérer cette diabolique fusion [celle d’un anticapitalisme jamais éteint depuis Drumont et de la judéophobie structurale aux Frères musulmans], c’en sera fini de la France que nous aimons, cette France qui a su se diviser sur le sort d’un petit capitaine juif » (p. 114-115). 

Continuer la lecture